En Nouvelle-Zélande, le pape invite à une écologie authentiquement humaine

Benoît XVI reçoit le nouvel ambassadeur de Nouvelle-Zélande près le Saint-Siège

| 1807 clics

ROME, Vendredi 10 juin 2011 (ZENIT.org) – Benoît XVI a invité la Nouvelle-Zélande à promouvoir « des modèles de développement » qui favorisent une « écologie authentiquement humaine », en recevant le 9 juin dernier au Vatican, le nouvel ambassadeur de Nouvelle Zélande près le Saint-Siège, George Robert Furness Troup.

« Par sa position géographique, votre pays peut assister le développement de pays plus petits, plus distants et avec moins de ressources », a affirmé Benoît XVI en évoquant certains pays proches qui « regardent la Nouvelle Zélande comme un exemple de stabilité politique, un état de droit et de hauts niveaux économiques et sociaux ».

« Ils vous regardent aussi comme une source d’assistance, d’encouragement et de soutien alors qu’ils développent leurs propres institutions », a ajouté le pape. « Cela confère à votre pays une responsabilité morale particulière. Fidèle à la meilleure des traditions, la Nouvelle-Zélande est appelée à utiliser sa position d’influence pour la paix et la stabilité dans la région, l’encouragement d’institutions démocratiques matures et stables, la promotion de droits humains authentiques et d’un développement économique durable ».

« Le désir de développement pose un certain nombre de défis importants concernant l’environnement – a poursuivi Benoît XVI – dont certains avec des conséquences graves pour le bien être la subsistance des personnes, en particulier des pauvres ». C’est pourquoi le pape a souhaité « encourager à promouvoir des modèles de développement dans votre pays et à l’étranger, qui reflètent une écologie authentiquement humaine, qui soient économiquement durables et conforme à notre devoir d’administrateurs de la création (cfr. Caritas in veritate, 48, 51) ».

Tout en rappelant l’importance de la vie, « de la conception jusqu’à la mort naturelle », le pape a aussi invité à porter attention à l’éducation des jeunes. Il a notamment souhaité que le gouvernement de Nouvelle-Zélande « continue à soutenir les parents dans leur rôle de premiers éducateurs de leurs enfants, garantissant que le système éducatif basé sur la foi reste accessible à tous ceux qui désirent s’en servir pour le bien de leurs enfants et de la société ».

Benoît XVI a enfin rappelé sa « solidarité » envers toutes les personnes touchées par le tremblement de terre qui a dévasté la ville de Christchurch en février dernier. Face à « l’oeuvre considérable de reconstruction », le pape a souhaité que « l’impressionnante démonstration de générosité » permette de faire face « aux défis matériels et moraux ».

Agé de 63 ans, le nouvel ambassadeur de Nouvelle-Zélande a notamment été ambassadeur au Mexique (2004-2007); directeur de la division pour l’Europe auprès du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce (2007-2010). Il est actuellement ambassadeur aux Pays-Bas où il réside.