Enfants victimes de la violence: le pape demande clarté et courage

Il salue l'association "Meter"

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 566 clics

Le pape François demande "clarté" et "courage" pour "défendre" et "protéger" les enfants et toute personne humaine.

Avant la prière mariale du Regina Coeli, le pape a en effet salué, ce dimanche 5 mai, place Saint-Pierre, l'association "Meter" (http://www.associazionemeter.org), comme c'est désormais la tradition, à l'occasion de la "Journée des enfants victimes de la violence", le plus souvent - à plus de 90% - du fait de membres de leurs familles ou de proches.

La Journée - italienne et ecclésiale - "de la mémoire des enfants vitimes de la violence, de l'exploitation et de l'indifférence" est née de l'engagement de Meter et elle a lieu en avril ou mai, de façon anticipée par rapport à la Journée internationale instituée par l'ONU et fixée au 4 juin.

"Cela m'offre l'occasion, a ajouté le pape, de tourner ma pensée vers ceux qui ont souffert et souffrent à cause des abus."

"Je voudrais les assurer qu'ils sont présents dans ma prière", a déclaré le pape avant d'ajouter cet appel: "Mais je voudrais aussi dire avec force que nous devons tous nous engager avec clarté et courage pour que chaque personne, spécialement les enfants, qui sont parmi les catégories les plus vulnérables, soit toujours défendue et protégée". 

L’Association Meter a été fondée par un prêtre italien, don Fortunato Di Noto, en 1989. Il vit aujourd'hui sous escorte étant donné les menaces qui lui ont été adressées en raison de son activité pour dénoncer l'exploitation des enfants par des réseaux de criminalité organisée. Mais il se fie à une autre escorte: "L'escorte la plus belle pour moi, c'est l'affection des familles et de leurs enfants". Et plusieurs personnes ont été condmannées en raison de leurs menaces. Il affirme son engagement: "Aucun enfant et aucune famille ne doit se sentir seul/e dans cette lutte pénible."

« Tous les ans, a expliqué Don Di Noto à Zenit, nous présentons à la société et à l’Eglise le Rapport Meter qui contient tout ce qui concerne notre engagement, un engagement cohérent et réel dans la lutte contre la pédophilie, la pédopornographie en ligne et les abus commis sur des enfants. Des chiffres qui parlent de l’aide concrète apportée aux victimes (environ un millier) au cours de plus de 20 années d’efforts ; en plus des 100.000 sites pédophiles qui ont été dénoncés, des centaines de milliers de rencontres ont eu lieu avec les jeunes, dans les écoles et avec les familles ».

Meter, a-t-il précisé, collabore avec les diocèses, avec la police, et avec les institutions, notamment au niveau des Parlements: « Les diocèses italiens et de l’étranger sont de plus en plus impliqués, non seulement à l’occasion de réunions de formation périodiques, mais aussi à travers la conception de projets selon les méthodes et le charisme de Meter. »

« D’ailleurs, a-t-il fait observer, Meter n’est pas née d’un problème urgent de pédophilie dans l’Eglise, mais cette association a été créée il y a une vingtaine d’années, dans la communauté paroissiale dont je suis le curé, pour donner des réponses concrètes dans une vision pastorale de proximité pour les personnes qui ont été violées, par des prêtres ou par d’autres. Nous avons promu de nouvelles normes législatives, nous mettons notre compétence au service des Parlements italien et européen et nous avons collaboré avec le Japon et d’autres pays pour rendre plus efficaces les actions contre la pédophilie. Nous savons que nous faisons déjà beaucoup, mais nous devons faire encore plus. »