Engagement de croyants et de non-croyants pour la paix du monde

« La paix est possible », affirme le card. Tauran

| 1532 clics

ROME, jeudi 27 octobre 2011 (ZENIT.org) – Le pèlerinage d’Assise 2011 s’est achevé cet après midi par l’engagement pris par croyants et non-croyants en faveur de la paix et de la justice dans le monde.

Cet engagement a été lu par 13 porte-parole, dont le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée Ier. Il a été introduit par le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux qui a réaffirmé: "La paix est possible".

Il a été conclu par Benoît XVI qui s’est écrié: „Jamais plus de violence! Jamais plus de guerre! Jamais plus de terrorisme! Qu’au nom de Dieu chaque religion apporte sur cette terre la justice et la paix, le pardon et la vie, l‘amour! „ Des paroles prononcées par Jean-Paul II et que son successeur prend à son compte, 25 ans plus tard.

Cet engagement a été suivi d’un moment de silence, pour que chacun, a expliqué Benoît XVI, puisse „invoquer le don de la paix et le souhaiter du plus profond de sa conscience“. Puis des jeunes ont remis aux délégués une lampe allumée, „comme symbole du désir et de l’engagement à se faire porteur de la lumière de la paix dans le monde entier“, a expliqué le pape.

En lançant ce moment d’engagement, le cardinal Tauran a cité saint Paul: „Ne rendez à personne le mal pour le mal. Cherchez à accomplir le bien devant tous les hommes. (..) Vivez en paix avec tous“ (Rm 12, 17-18), avant d’ajouter: « Dans le silence qui s’est fait prière, par le jeûne, expression de notre désir de purification et de proximité avec qui souffre, et dans le pèlerinage qui nous a vu être pèlerins en marche vers la Vérité, nous sommes arrivés à la dernière partie de notre célébration ».

« L’espérance de la paix a été ravivée dans la prière personnelle et dans l’écoute des témoignages. Que chacun de nous, en rentrant chez lui, ait à cœur d’en être les témoins et les messagers : la paix est possible, aujourd’hui encore ! Dans quelques instants, nous allons renouveler notre engagement commun de ne jamais nous résigner aux guerres et aux séparations. Nous savons, nous en avons à nouveau fait l’expérience aujourd’hui, qu’avec l’aide de Dieu la foi peut vaincre le doute, la confiance peut surmonter l’angoisse, l’espérance peut l’emporter sur la peur. Que la paix soit une bénédiction pour tous !».

Les participants – un incroyable aréopage chatoyant - ont échangé un signe de paix, à l’invitation du président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le cardinal suisse Kurt Koch, qui a inclus toute la création dans ce vœu de paix : « « Gloire, honneur et paix à qui fait le bien ». Devenons des instruments de la paix qui vient d’en-haut. Rappelons qu’il n’y a pas de paix sans justice, il n’y a pas de justice sans pardon. Scellons par un geste de paix entre nous l’engagement de la paix proclamée à plusieurs voix. Apportons la paix à ceux qui sont proches et à ceux qui sont loin, aux créatures et à la création ».

Le pape est ensuite allé se recueillir auprès du tombeau de saint François, accompagné de représentants des religions du monde. Il a chaudement remercié les hôtes de la journée: les Franciscains.

Puis Benoît XVI a remonté dans le minibus qui a reconduit les pèlerins „de vérité et de paix“ jusqu’à la gare d’Assise, pour arriver dans la soirée à la gare du Vatican.

Anita S. Bourdin