Enquête d’opinion "Les Français, l’Eglise et l’argent"

Publiée sur le site de la Conférence des Evêques de France

| 652 clics

ROME, lundi 7 avril 2003 (ZENIT.org) - Le Comité permanent pour les affaires économiques de la Conférence des évêques de France rend publique une étude d’opinion sur l’Église et l’argent, annonce la Conférence des Evêques de France (www.cef.fr) dans un communiqué publié le 4 avril dernier. Cette étude conduite par le cabinet Tremplin, basé à Lyon, auprès d’un échantillon représentatif de 800 personnes, avait pour objectif de mieux connaître l’opinion des Français sur la situation matérielle de l’Église catholique en France. Elle était destinée en premier lieu aux économes diocésains, en charge de la gestion des diocèses.



Ce sondage d’opinion montre que la situation matérielle de l’Eglise est inégalement connue par le public. Elle indique une perception positive du rôle de l’Église dans l’aide aux plus démunis et dans la création du lien social. Elle souligne l’importance d’une meilleure communication auprès du public afin de favoriser la compréhension des enjeux matériels qui concernent l’Église en France aujourd’hui. Enfin, en conformité avec des études antérieures, deux tiers des Français se disent catholiques.

À l’occasion de la publication de cette étude d’opinion, on peut rappeler que les finances et les comptes de l’Église catholique en France sont gérés de manière décentralisée et autonome par chacun des 95 diocèses. Si les situations varient d’un diocèse à l’autre, des constantes se retrouvent dans la grande majorité des cas :
En France, l’Eglise catholique ne reçoit pas de subvention de l’État ou des collectivités locales (à l’exception des diocèses dits "concordataires" de Strasbourg et Metz).
Les charges des diocèses ont tendance à progresser en raison du poids croissant des salaires et des cotisations sociales, et du coût d’entretien des bâtiments.

Les prêtres et les évêques perçoivent un traitement compris entre 747 et 945 e net mensuel. À leurs côtés, de plus en plus de laïcs, bénévoles et salariés, apportent leurs compétences au service de l’Église. Les salaires sont compris entre le SMIC et 1450 e net mensuel pour un temps plein.
Les bâtiments (églises, cathédrales), construits avant 1905, appartiennent aux collectivités locales et à l’État. Les diocèses sont propriétaires des bâtiments construits depuis 1905.

Les ressources des diocèses proviennent toutes de la générosité du public. La collecte annuelle du Denier de l’Église assure 30 % des ressources. Le montant du Denier s’est élevé, en 2001, à 180 millions d’euros.
Les frais de campagne sont de 3 %, à comparer aux coûts des grands organismes collecteurs compris entre 10 et 20 %.
Les dons ne progressent pas suffisamment pour couvrir l’accroissement des charges, mettant une grande majorité des diocèses dans une situation de fragilité matérielle.

L’étude à disponible à l’adresse suivante : http://www.cef.fr/catho/actus/communiques/2003/commu20030404egliseargent.php