« Ensemble pour l’Europe » fête ses dix ans

50 mouvements réunis à Rome à Sant’ Egidio

| 1582 clics

ROME, Vendredi 13 novembre 2009 (ZENIT.org) - La vitalité des « 'minorités créatives', citées par le pape Benoît XVI et appelées à avoir une influence sur l'histoire », est l'élément principal qui ressort de la rencontre annuelle des responsables de plus de 50 mouvements et communautés de diverses Eglises, réunis sous le nom de « Amis ensemble pour l'Europe », qui s'est tenue du 10 au 12 novembre à Rome, au siège de la communauté Sant' Egidio. 

Au cœur de cette rencontre : les principales étapes du chemin de communion entre mouvements et communautés des différentes Églises du continent européen, « Ensemble pour l'Europe » et ses nouvelles perspectives, dix ans après ses débuts.

A l'issue de ces deux journées, Andrea Riccardi, le fondateur de la communauté, rapporte que c'est une toute autre image que celle « de chrétiens au visage triste, d'une minorité en déclin » qui est apparue durant les travaux, et que ce rendez-vous annuel, organisé par le comité d'orientation formé de 9 mouvements dont Sant' Egidio, le Mouvement des Focolari et le Renouveau dans l'Esprit , « n'avait jamais connu une participation aussi représentative ».

Les quelques 100 participants de cette année venaient de 13 pays (Russie, Slovénie, Italie, Allemagne, France, Hollande, Belgique, Norvège, Suède et Grande-Bretagne), membres des Eglises orthodoxe, anglicane, protestante-luthérienne, réformée et catholique.

Dès le premier soir, rapporte le communiqué final de la rencontre, « l'ensemble des résultats obtenus durant les 11 journées d' ‘Ensemble pour l'Europe' organisées dans les divers pays cette année, ont montré la force de  transformation et de rayonnement de l'Evangile vécu dans les divers secteurs de la société ». 

En Italie, en septembre dernier, plus de 1.400 membres de 56 mouvements, associations et communautés se sont réunis à Loppiano (Florence) livrant de nombreux témoignages qui ont montré « la fécondité des divers charismes sur des thèmes comme la famille, et l'économie, les nouvelles et anciennes pauvretés ».  

Ce chemin de communion entre mouvements et communautés des différentes Eglises du continent européen, a commencé le 31 octobre 1999 à Augsbourg (Allemagne), le même jour que la signature historique de la déclaration conjointe sur la justification des Eglises catholique et protestante luthérienne, pierre milliaire du dialogue œcuménique.

Les organisateurs rappellent qu'il ne s'agissait pas d'une « simple coïncidence », mais d'« un fait significatif ».

« La fécondité de ce chemin de communion naît de la radicalité de l'Evangile rendu vivant, de cet amour de Dieu toujours ouvert au pardon et à la miséricorde, cœur de la doctrine de la justification, auquel puisent les divers membres des mouvements ».

Les origines de ce chemin de communion remontent à la première rencontre avec les mouvements et nouvelles communautés, le jour de la Pentecôte 1998, sur la Place Saint-Pierre, qui surprit certains responsables protestant-luthériens, lesquels en suivaient déjà un depuis trente ans.

« Ils ont souhaité en savoir plus et manifesté le désir de se joindre à ce nouveau chemin que venaient d'entreprendre les mouvements catholiques », explique le communiqué.

L'occasion leur a été donnée le 31 octobre 1999. 50 membres de 15 mouvements et groupes rencontrèrent Chiara Lubich - la fondatrice du Mouvement des Focolari - et Andrea Riccardi.  

A la question: comment avancer ?, Chiara Lubich répondit : « La partition est écrite dans le Ciel. Ecoutons ensemble l'Esprit Saint ». Ces paroles seront les paroles clefs de ce nouveau parcours dont le but n'est pas de « faire naître un super mouvement ou de nouvelles structures », mais d'être tout simplement « une communion d'amis en Jésus Christ ». 

« L'idée que j'avais du monde catholique a été bouleversée. Ce que j'ai appris durant ces dix années est beaucoup plus qu'un cours sur la théologie catholique », a reconnu Gerard Pross, coordinateur des rencontres des responsables de 120 groupes protestant-luthériens d'Allemagne.

En 2002, cette communion se concrétise : « Ensemble pour l'Europe » veut offrir une contribution à l'unité spirituelle de l'Europe » en participant également à ses processus culturels, sociaux et politiques, comme le soulignent l'engagement souscrits par les participants à la rencontre.

Le chemin de communion s'est élargi à un nombre toujours plus important de mouvements et communautés de toute l'Europe, accueillant même des Eglises libres, au point qu'aujourd'hui, ils sont plus de 250.

On va de l'avant pour apporter à notre « triste Europe, triste car toujours plus repliée sur les intérêts nationaux », cette « force qui unit les chrétiens », afin qu'elle puisse répondre au grand défi qui pose face à elle les colosses chinois et indien, comme l'a souligné Andrea Riccardi.

Parmi les prochains rendez-vous il faut noter celui de mai 2010, quand le témoignage d'« ensemble pour l'Europe » a été demandé au grand rassemblement des chrétiens d'Allemagne, le Kirkentag. Une autre manifestation devrait également avoir lieu en 2012 « pour montrer à l'Europe cette richesse de vie, pour surmonter les peurs et apporter l'espérance ». 

Pour plus d'informations, www.together4europe.org