« Entre les mains des jeunes la vraie révolution qui vient de Dieu »

L’Osservatore Romano et la JMJ

| 1253 clics

ROME, Mardi 30 août 2005 (ZENIT.org) – « Entre les mains des jeunes la vraie révolution qui vient de Dieu », a titré L’Osservatore Romano au lendemain de la Journée mondiale de la Jeunesse de Cologne: une réflexion du directeur du quotidien de la Cité du Vatican, Mario Agnès, à l’occasion du premier voyage apostolique du pape Benoît XVI (cf. http://www.vatican.va/news_services/or/index_fr.htm).



« Marcheurs et adorateurs, avec le regard fixé sur une étoile. Sur l'Etoile. Voilà les jeunes de la XX Journée mondiale », souligne Mario Agnès.

« Et nous, ajoute-t-il, jamais autant que cette année, nous n'avons vu l'Eglise concrètement en pèlerinage. Les jeunes et - pourquoi pas! - les adultes, de mars-avril jusqu'en août, ont rendu visible le chemin de l'Eglise. Le chemin du Peuple de Dieu. Un chemin au début difficile, mais chargé d'affection douloureuse envers le Père qui les attendait; un chemin qui n'empruntait pas toujours une autoroute, mais riche d'espérance. Un chemin qui, de Jean-Paul II à Benoît XVI, a su retrouver la voie royale ».

Il souligne également la rencontre des jeunes et du Successeur de Pierre: « La "sainte crainte du Christ" a conduit les jeunes vers la nouveauté si ancienne et si ouverte qui a la saveur du printemps. Les jeunes n'ont pas fait marche arrière. Avec un courage intérieur, ils ont laissé le long de leur chemin de pèlerinage les traces de la recherche haletante et sereine de la Vérité. Et ils ont rencontré le Successeur de Pierre. Une rencontre de Vérité et dans la Vérité ».

Pour ce qui est du message que Benoît XVI a confié aux jeunes, Mario Agnès relève: « Entre leurs mains, le Pape, avec un regard pénétrant et une voix décidée et douce, a remis la seule et véritable révolution de l'histoire. «La révolution qui vient des saints, qui vient de Dieu». La révolution du changement décisif du monde. Un changement qui exige la réalisation d'un «pentalogue» pour témoigner au monde que, si le Seigneur «nous accueille et nous attire en lui, nous sommes une seule chose également entre nous» ».

« Cela - a dit le Pape – «doit se manifester dans la vie.
Cela doit se voir dans la capacité à pardonner.
Cela doit se manifester dans la sensibilité aux besoins de l'autre.
Cela doit se manifester dans la disponibilité à partager.
Cela doit se manifester dans l'engagement envers le prochain» ».