Environnement : Le pape invite les chrétiens à la responsabilité

| 2014 clics


ROME, Vendredi 23 octobre 2009 (ZENIT.org) - « Les chrétiens sont appelés à s'unir pour offrir au monde un témoignage crédible quant à la responsabilité de sauvegarder la création et de collaborer, autant que possible, pour assurer que notre terre puisse conserver intacte ce que Dieu lui a donné : grandeur, beauté, générosité ». 

C'est ce qu'a affirmé Benoît XVI dans un message envoyé à l'occasion d'un congrès à la Nouvelle Orléans consacré au fleuve Mississipi, sur le thème : « Rétablir l'équilibre : le grand fleuve Mississipi » et auquel participe le patriarche œcuménique Bartholomée Ier. 

Le message du pape, rapporté le 22 octobre par Radio Vatican, a été lu par Mgr Gregory Michael Aymond, archevêque de la Nouvelle Orléans (Louisiane).  

« La solution des crises écologiques de notre époque » demande nécessairement un changement profond « de la part de nos contemporains », a dit le pape dans son message.  

A ce sujet, le Saint-Père s'est dit « pleinement d'accord » avec le patriarche Bartholomée Ier sur le fait que « les problèmes urgents qui concernent le soin et la protection de l'environnement », en touchant d'importantes questions politiques, économiques, techniques et scientifiques, sont toutefois « essentiellement de nature éthique ».  

En citant l'encyclique Caritas in veritate, Benoît XVI a rappelé que la nature « est une priorité pour tous » et comme fondement de notre vie, elle doit être utilisée « de manière responsable » et « avec respect ». Une connaissance du progrès « purement économique et technologique » provoquera inévitablement « des conséquences négatives » pour les individus, les peuples et la création.  

Pour le Saint-Père, un développement humain authentique appelle à une justice entre les générations et à la solidarité avec les hommes et les femmes du futur, qui ont eux aussi le droit de jouir des biens que la création, comme Dieu l'a voulu, répand en abondance pour tous. 

Ce symposium sur le Mississipi, a poursuivi le pape, nous rappelle ce qui s'est passé à la Nouvelle Orléans et dans les zones environnantes, le 29 août 2005 avec le passage dévastateur de l'ouragan Katrina : « Mes pensées et mes prières sont avec tous ceux, spécialement les pauvres, qui ont expérimenté la souffrance, les privations et les déplacements et avec tous ceux qui sont engagés dans le travail patient de reconstruction et de renouvellement ». 

Quant au patriarche Bartholomée Ier, il a évoqué dans son discours, « notre responsabilité sacrée ». « Chaque décision, personnelle et collective, détermine l'avenir de la planète », a-t-il affirmé.

Le Mississipi : Troisième système fluvial du monde

Lors de la première étape de cet événement, qui s'est ouvert le 18 octobre à Memphis, dans le Tennessee, 50 chercheurs, experts, journalistes et représentants religieux se sont donnés rendez-vous pour visiter l'île de Mud, sortie des eaux du fleuve en 1913, et le Musée consacré au Mississipi. 

Au centre de l'événement se trouve en effet le troisième système fluvial du monde, après celui de l'Amazone et du Congo, constitué d'un fleuve long de 3.778 kilomètres, qui traverse 10 Etats américains. 

« Protagoniste » de l'histoire des Etats-Unis et pilier de l'économie américaine pour le volume de trafics confiés à ses eaux, le Mississipi alimente une florissante industrie alimentaire le long de ses berges, sur lesquelles se sont construites de nombreuses villes, responsables de décharges des détritus domestiques et industriels dans son bassin. 

C'est donc aussi un fleuve « souffrant », dont le delta a été abîmé par l'exploitation pétrolifère, alors que l'utilisation agricole de fertilisants et de pesticides dans la partie haute du fleuve, a causé une forte pollution du Golfe du Mexique.