Envoyé du pape, le card. Bertone célèbre les obsèques de sœur Lucie à Coimbra

| 879 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 15 février 2005 (ZENIT.org) – Le cardinal Tarcisio Bertone, archevêque de Gênes, a présidé mardi après-midi, au nom de Jean-Paul II, les obsèques de sœur Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, au Portugal, à Coimbra : elle fut « témoin du mystère de Fatima », titre mardi L’Osservatore Romano en italien.



« Ils se sont clos doucement, ces yeux qui ont vu les yeux de la Vierge, explique L’Osservatore Romano: sœur Lucie de Jésus dos Santos est morte à 17 h 25, dimanche 13 février, au carmel Sainte-Thérèse de Coimbra. Elle aurait eu 98 ans en mars prochain. Avec ses petits cousins François et Jacinthe Marto – béatifiés à Fatima par le pape le 13 mai 2000- « Lucie a eu le privilège de voir la Vierge et de parler avec Elle, à partir du 13 mai 1917 », rappelle le quotidien du Vatican.

Les funérailles de sœur Lucie ont eu lieu dans l’après-midi de mardi, 15 février, dans la cathédrale de Coimbra et elles ont été présidées par le cardinal Tarcisio Bertone, archevêque de Gênes, en qualité d’Envoyé spécial du Saint-Père.

Les pèlerins ont pu rendre hommage à la dépouille de Sr Lucie en la cathédrale de Coimbra jusqu’à ses funérailles. Elles reviendront ensuite au carmel Sainte-Thérèse, mais, l’an prochain, Sr Lucie reposera au sanctuaire de Fatima.

« Tout le Portugal vit des heures de deuil, souligne L’Osservatore Romano. Toutes les réalités du pays se sont arrêtées pour rendre hommage à la très grande figure d’une « pastourelle ». »

Le pape Paul VI avait rencontré la carmélite portugaise le 13 mai 1967, et Jean-Paul II trois fois, en 1982, en 1991, dix ans après l’attentat de 1981, et le 13 mai 2000 : elle a participé ce jour-là à la célébration eucharistique pour la béatification de Jacinthe et François, à Fatima.

Le 13 mai 1917, en plein cœur de la première Guerre mondiale qui moissonne ses victimes par centaines de milliers, la Vierge Marie est apparue, sous l’apparence d’une « femme revêtue de soleil » à la « Cova da Irìa », près de Fatima, à trois pastoureaux, cousins: Lucie dos Santos et Jacinthe et François Marto. La Vierge Marie leur recommande de prier intensément pour la conversion des pécheurs.

Lucie a dix ans. Les apparitions se renouvellent 6 fois en 1917, la dernière, le 13 octobre. Jacinthe meurt en 1919 et François en 1920, année de la reconnaissance des apparitions par l’Eglise.

Lucie a 14 ans lorsqu’elle est admise au collège des Sœurs de Ste Dorothée, à Vilar. Et en 1948, elle entre au Carmel Sainte-Thérèse de Coimbra, où elle mène désormais une vie retirée et silencieuse.

Elle a mis par écrit les différentes parties du Message de la Vierge Marie, la dernière partie, en janvier 1944 : elle sera révélée à Fatima le 13 mai 2000.

C’est après l’attentat du 13 mai 1981 que Jean-Paul II a demandé à prendre connaissance du contenu de cette troisième partie du message, dans le récit écrit par Sr Lucie : il a immédiatement pensé à la consécration de la Russie au cœur Immaculé de Marie.

Le 13 mai 1982, il s’est rendu en action de grâce à Fatima, reconnaissant qu’il devait la vie à l’intervention de la Vierge : il fait sertir la balle qui l’a frappé dans la couronne de la Vierge de Fatima. Il s’était reconnu dans « l’évêque vêtu de blanc » dont parlait le message.

Pendant la célébration de béatification des deux petits cousins de Lucie, en l’an 2000, devant quelque 500 000 pèlerins, le pape a de nouveau remercié la Vierge de sa protection.