Esclavages modernes : un « rapporteur spécial » créé par l’ONU

Au Conseil des droits de l'homme

| 1166 clics

ROME, Dimanche 7 octobre 2007 (ZENIT.org) – Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a créé la charge de rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, à l’initiative de l’organisation internationale des Franciscains, « Franciscans international » (FI), une organisation non gouvernementale des missionnaires franciscains, qui jouit d’un statut consultatif près les Nations Unies. L’agence missionnaire Misna souligne l’événement.



C'est le fruit des efforts entrepris dans les douze derniers mois par « Franciscans International », indique un communiqué de FI, dont le siège est à Genève (Suisse) et à New York (États-Unis).

En 2002, le Franciscain Joseph Legounou – décédé l'an dernier – avait parlé publiquement au siège de l'Onu des formes actuelles d'esclavages en Afrique occidentale et notamment dans son pays, le Togo.

« L’intervention du frère Joseph, qui a été suivie par celles de beaucoup d’autres Franciscains qui ont participé à nos cours de formation sur les formes contemporaines d’esclavage ainsi que les efforts de plaidoyer de « Franciscans International » ont porté leurs fruits : désormais les formes contemporaines d’esclavage recevront l’attention, la visibilité et la proéminence dans le système des droits de l’homme de l’ONU qu’elles méritent », a commenté Alessandra Aula, coordinatrice de l'organisation.

Selon les estimations courantes, près de 12 millions de personnes seraient victimes de l'exploitation illégale dans le monde. Frère Legonou, connu pour son engagement en faveur des plus nécessiteux, a été le coordinateur de la Commission Justice et Paix d'Afrique sub-saharienne, coordinateur de FI au Bénin, en Côte d'Ivoire et au Togo et membre de la Commission des droits de l'homme de l'ONU.