Espagne : Benoît XVI invité pour la rencontre des Familles à Valence

Première audience du roi Juan Carlos et de la reine Sophie

| 517 clics

ROME, Lundi 5 septembre 2005 (ZENIT.org) – Le roi Juan Carlos a invité le pape Benoît XVI à se rendre en Espagne.



Les souverains espagnols, le roi Juan Carlos et la reine Sophie ont en effet été reçus pour la première fois en audience, privée, ce lundi matin par Benoît XVI à Castel Gandolfo, où le pape réside jusqu’au 28 septembre.

La salle de presse n’a pas publié de communiqué, comme c’est l’usage pour les audiences privées.

Mais lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite, le roi Juan Carlos a annoncé : « J’ai invité le pape a venir en Espagne, à l’occasion de la rencontre mondiale des familles à Valence ».

Les souverains espagnols ont ainsi communiqué au pape l’invitation à venir en Espagne venant du chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, et du président de la communauté de Valence, Gerardo Camps.

La visite à Castel Gandolfo a duré un peu plus de trente minutes. Le couple royal a été reçu dans la bibliothèque du pape. C’était la première visite du roi et de la reine d’Espagne au pape Benoît XVI, et également le premier couple royal reçu par le nouveau pape : ils s’étaient salué brièvement lors de l’inauguration du pontificat, le 24 avril dernier.

Pour le roi espagnol, c’était un « honneur » que d’avoir vu le pape qui est « très sympathique, très ouvert » et très vivant ».

La reine Sophie, vêtue non pas du noir protocolaire, mais de blanc, comme c’est la tradition pour les reines catholiques, a pour sa part déclaré que si le pape Ratzinger est « plus réservé que Jean-Paul II », il a un réel « sens de l’humour ».

La conversation s’est déroulée presque toujours en italien (le roi est né en exil à Rome). Le pape a évoqué la Journée mondiale de la Jeunesse à Cologne, son premier voyage international (18-21 août). Le roi a relevé cette réflexion du pape : à Cologne, les Espagnols, « on les remarquait tout de suite »

La reine a adressé au pape quelques paroles en allemand, qui a son tour a prononcé quelques mots en espagnol.

Le pape a reçu en cadeau un manuscrit du bienheureux Martin de San Millán de la Cogolla, un fac-similé de l’original du Xe siècle, écrit en mozarabe et en roman. Le pape a offert aux souverains un rosaire et des médailles du Siège Vacant, portant le nom du cardinal espagnol Eduardo Martinez Somalo, camerlingue.

Le voyage du couple royal avait pour seul motif la visite au pape : ils sont ensuite rentrés en Espagne.

Déjà fin mai, l’archevêque de Valence, Mgr Agustín García-Gasco, avait annoncé que la rencontre des Familles, qui doit avoir lieu du 4 au 9 juillet 2006, et qui avait été convoquée par Jean-Paul II, avait été confirmée par Benoît XVI dans une lettre adressée au cardinal Alfonso López Trujillo, président du conseil pontifical pour la Famille, en date du 17 mai 2005.

Parmi les projets de voyage du pape, il y a aussi Istanbul pour le 30 novembre prochain, à l’occasion de la fête de Saint André (le Vatican n’a pas communiqué sa réponse officielle à l’invitation du patriarche œcuménique), et l’Allemagne (Ratisbonne, automne 2006). Mais le pape a également été invité en Israël, en Irlande, et il pourrait se rendre en Amérique latine en 2007 (cf. Zenit, 26 août).