Espagne : Défendre la valeur sacrée de la vie

Appel de l'archevêque de Séville pour le Congrès mondial sur l’avortement

| 1617 clics

ROME, Vendredi 15 octobre 2010 (ZENIT.org) - Paroisses, communautés religieuses, fraternités, groupes et mouvements s'apprêtent à ouvrir leurs portes aux fidèles pour une intense prière pour la vie, au moment où se tiendra à Séville, du 21 au 23 octobre, un congrès mondial sur l'avortement dont le but est de partager information, expérience et nouvelles techniques pour améliorer la qualité des pratiques abortives.

Dans une lettre pastorale intitulée « Un ‘oui' inconditionnel en faveur de la vie », publiée le 7 octobre dernier, l'archevêque de Séville, Mgr Juan José Asenjo Pelegrina, lance un appel à « prier et soutenir les actions pour la vie », dans le but « d'éclairer la conscience des fidèles » sur cet événement, à défaut de pouvoir l'empêcher.

Mgr Asenjo propose une campagne de sensibilisation à grande échelle, dans les foyers, sur les lieux de travail mais également dans la catéchèse et la formation religieuse scolaire, pour que « la valeur sacrée de toute vie humaine depuis la fécondation jusqu'à sa fin naturelle » se répande et que, peu à peu, puisse se substituer à la mentalité de l'avortement et à la « culture de mort, une culture qui accueille et fasse la promotion de la vie.

La forme la plus simple de défense reste la prière, publique et privée, rappelle le prélat. Il propose à tous les prêtres d'envisager un acte spécial de prière devant le Saint-Sacrement, et une série de prières à l'intention de la défense de la vie humaine lors des messes et des chapelets tout au long du congrès.

Cette invitation est également lancée aux fraternités, aux groupes et mouvements apostoliques. L'archevêque renouvelle aussi son appui et son encouragement aux institutions, confessionnelles ou non, qui font la promotion d'initiatives en faveur de la vie et qui aident les mères dans les circonstances difficiles.

« Peu de formes d'action sociale et d'apostolat sont aujourd'hui aussi belles et urgentes que celle-là », conclut-il.