Espagne : Journée pour la Vie promue par l’Eglise

« La vie est toujours un bien »

| 1069 clics

ROME, Lundi 31 mars 2008 (ZENIT.org) - « Aucun catholique, en aucun cas, ne peut admettre des pratiques comme l'avortement, l'euthanasie, ou la production, la congélation et la manipulation d'embryons humains », rappellent les évêques catholiques espagnols dans un message pour la Journée pour la Vie qui se célèbre ce 31 mars.

Selon une traduction de l'agence vaticane Fides, les évêques lancent en effet cet appel : « Nous évêques, nous sentons le devoir de promouvoir dans l'Eglise et dans la société la valeur de la vie humaine, en encourageant toutes les initiatives en soutien de la famille et de la vie, comme par exemple le moratoire international de l'avortement » lit-on dans le message publié par la Sous-commission pour la Famille et la défense de la vie de la Conférence épiscopale espagnole, à l'occasion de la VIIe Journée pour la Vie qui cette année a lieu en Espagne le 31 mars, solennité liturgique de l'Annonciation.

Le message, qui a pour titre « La vie est toujours un bien », rappelle qu'« on ne peut jamais légitimer la mort d'un innocent. On minerait le fondement même de la société ». C'est pourquoi les évêques invitent les fidèles à demander au Seigneur d'éclairer toutes les consciences, notamment celles des hommes politiques, pour « comprendre et remédier à l'énorme drame humain qu'est l'avortement pour l'enfant, pour sa mère et pour la société entière ». Ils demandent en outre que soit abolie la loi sur l'avortement et que l'on soutienne efficacement la femme, « en créant une nouvelle culture où les familles accueillent et encouragent la vie ». En ce sens ils suggèrent l'adoption comme une alternative importante.

Aux catholiques, concrètement, ils rappellent leurs obligations morales et de conscience. « Aucun catholique, en aucun cas, que ce soit dans un cadre privé ou public, ne peut admettre des pratiques comme l'avortement, l'euthanasie ou la production, la congélation et la manipulation d'embryons humains. La vie humaine est une valeur sacrée que nous devons tous respecter et que les lois doivent protéger ». Si quelque catholique nourrit des doutes à ce sujet, continuent les évêques, « il doit recourir à la prière pour demander la lumière de l'Esprit Saint ».

« La vie est une réalité merveilleuse qui ne cesse de nous surprendre », ajoutent les évêques, et « plus la science nous fournit de données, mieux nous pouvons comprendre que la vie de l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, est un mystère qui dépasse le cadre purement biologique ». Une vie qui doit être accueillie, respectée et aimée, car c'est l'engagement de tous d'« accueillir la vie humaine comme un don à respecter, à protéger et à promouvoir, beaucoup plus quand elle est fragile et a besoin d'attentions, soit avant la naissance, soit dans sa phase terminale ».