Espagne : le pape inquiet de certaines formes d’hostilité contre la foi

Benoît XVI reçoit le nouvel ambassadeur d’Espagne près le Saint-Siège

| 2088 clics

ROME, Dimanche 17 avril 2011 (ZENIT.org) - Benoît XVI a évoqué sa préoccupation contre certaines formes d'hostilité contre la foi qui tendent à « marginaliser » la religion, voire à la diffamer ou la discriminer. 

En recevant samedi 16 avril les lettres de créance du nouvel ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège, Mme María Jesús Figa López-Palop, le pape a aussi rappelé la nécessité de protéger la vie et de soutenir la famille.

Dans son discours en espagnol, le pape s'est alarmé de certaines formes d'« hostilité contre la foi » qui « se manifestent parfois par le reniement de l'histoire et des symboles religieux dans lesquels se reflètent l'identité et la culture de la majorité des citoyens » (Message pour la célébration de la Journée mondiale de la paix 2011).

« Que dans certains endroits on tende à considérer la religion comme un facteur socialement insignifiant et même agaçant ne justifie pas le fait qu'on cherche à la marginaliser, parfois par la diffamation, la moquerie, la discrimination et même l'indifférence face à des épisodes de profanation claire », a dénoncé le pape.

« C'est ainsi que l'on viole le droit fondamental à la liberté religieuse inhérente à la dignité de la personne humaine qui est une arme authentique de la paix parce qu'elle peut changer et rendre meilleur le monde », a-t-il ajouté.

Devant le nouvel ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège, le pape a rappelé combien l'Eglise veillait de « manière concrète et dans toutes ses dimensions » sur les « droits fondamentaux » de l'être humain, « en dialogue sincère avec tous ceux qui contribuent à les rendre effectifs et à ne pas les limiter ».

« Elle veille sur le droit à la vie humaine de son début à son terme naturel, puisque la vie est sacrée et que personne ne peut disposer d'elle arbitrairement. Elle veille sur la protection et sur l'aide à la famille, et soutient des mesures économiques, sociales et juridiques afin que l'homme et la femme qui contractent un mariage et forment une famille aient le soutien nécessaire pour accomplir leur vocation à être un sanctuaire de l'amour et de la vie », a affirmé le pape.

L'Eglise soutient aussi « une éducation qui inclut les valeurs morales et religieuses selon les convictions des parents, comme c'est leur droit, et comme cela convient au développement intégral des jeunes », a insisté le pape. « Et, pour la même raison, une éducation qui inclut aussi l'enseignement de la religion catholique dans tous les centres pour ceux qui la choisissent ».

Le pape a également lancé un appel à ceux qui ont « des responsabilités publiques » pour que, face à la « situation de grande difficulté économique » qui provoque « inconfort et frustration, surtout parmi les jeunes et dans les familles les moins favorisées », ils recherchent « infatigablement le chemin d'une reprise avantageuse pour la société tout entière ».

Benoît XVI a enfin évoqué sa prochaine visite en Espagne pour les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) qui se dérouleront en août à Madrid. « Je m'unis avec joie aux efforts et aux prières de ses organisateurs qui préparent avec soin un événement aussi important, avec le désir qu'il donne d'abondants fruits spirituels pour la jeunesse et pour l'Espagne ».

Agée de 60 ans, le nouvel ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège a notamment été Directeur général pour les affaires économiques auprès du Ministère des Affaires étrangères (2005-2007) et sous-secrétaire du Ministère des Affaires étrangères (2007-2010).

Marine Soreau