Espagne : Les évêques prudents face à l'annonce de l’ETA

« Il ne pourra y avoir de paix si nous ne grandissons pas en humilité ».

| 1367 clics

ROME, Lundi 13 septembre 2010 (ZENIT.org) - Plusieurs évêques espagnols ont demandé d'accueillir avec prudence le cessez-le-feu annoncé dimanche dernier par le groupe indépendantiste basque ETA et de prier tout particulièrement pour la paix.

Dans son homélie lors de la messe célébrée jeudi au sanctuaire de la patronne de Guipuzcoa, à l'occasion de la fête de la Vierge d'Aranzaru, l'évêque de San Sebastián, Mgr José Ignacio Munilla, a demandé « à ce que cette trêve soit définitive et sans conditions ».

« En nous unissant à notre peuple, nous demandons à l'ETA sa dissolution », a-t-il dit. « Nous demandons à Dieu d'éclairer tous ceux qui sont appelés - ou mieux, nous tous qui sommes appelés - à être des artisans de paix ».

« Je souhaite me joindre à la prière que nous élevons traditionnellement au Seigneur dans ce sanctuaire, et j'invite tout le monde à demander à Dieu avec constance et persévérance, par l'intercession de la Vierge d'Aránzazu, la paix définitive pour notre peuple ».

Mgr Munilla a souligné que « les croissants espoirs de paix » du peuple espagnol sont déjà engagés dans un processus qui ne peut s'arrêter, et que les « résistances qui l'entravent n'ont aucun sens ».

La paix, a-t-il affirmé, ne saurait être utilisée comme un moyen, mais doit être recherchée comme un but à atteindre. « La paix ne peut devenir un instrument au service de nos stratégies », a-t-il souligné.

Face aux différentes autorités civiles du pays basques et en présence de nombreux pèlerins, Mgr Munilla a rappelé que « la vie est un droit inviolable pour chaque être humain, qui ne dépend pas du moment, ni des idéologies, ni d'une stratégie, mais de Dieu, auteur de la vie, dans laquelle nous vivons et existons ».

Toujours dans son homélie, l'évêque a souligné l'humilité de la Vierge Marie et a insisté : « Il ne pourra y avoir de paix si nous ne grandissons pas en humilité ».

« Un pas »

Trois jours auparavant, l'évêque de Bilbao, Mgr Mario Iceta, a lui aussi réagi au communiqué du groupe ETA annonçant la trêve.

« A l'heure actuelle, même si ce communiqué peut être considéré comme un pas, il manque encore cette décision définitive que la société et nous-mêmes réclamons », a-t-il dit. « C'est la raison pour laquelle nous espérons et formons des vœux afin de recevoir au plus vite cette nouvelle ».

Dans des déclarations publiées sur le web par l'épiscopat après l'annonce du mouvement indépendantiste, Mgr Iceta a souhaité que « règne la paix dans la vie du peuple » et que « la vie politique et sociale s'écoule toujours dans un cadre démocratique et dans le respect scrupuleux de la dignité des personnes ».

« Dans une société démocratique il n'y a pas de place pour le terrorisme qui porte profondément atteinte à la dignité des personnes, provoquant mort et violence », a-t-il déclaré.

L'Eglise, a-t-il relevé « a toujours condamné toute action terroriste ou violente. Nous réclamons encore une fois l'abolition de l'ETA ».

Au terme d'une messe qu'il a présidée dans la cathédrale de La Seu d'Urgell, à l'occasion du 17ème anniversaire de son ordination épiscopale, l'évêque d'Urgel, Mgr Joan Enric Vives, a lui aussi évoqué la fin des actions violentes par le groupe le jour où a été annoncée la trêve. Tout en reconnaissant l'importance d'un tel acte, il s'est montré prudent face à la nouvelle, et a demandé aux fidèles d'intensifier leurs prières pour que la paix tant souhaitée puisse arriver.