Etats-Unis : la paix sans les armes

Editorial du P. Federico Lombardi

Rome, (Zenit.org) Océane Le Gall | 1170 clics

« La paix nait du cœur mais il sera plus facile de l’atteindre sans armes à la main », déclare le P. Federico Lombardi au lendemain de l’annonce et de la signature par le président Barack Obama d’un plan visant à réglementer la circulation des armes aux Etats-Unis.

Dans sa chronique hebdomadaire pour Octava Dies, le bulletin du Centre de télévision du Vatican (CTV), le porte-parole du Saint-Siège, dit accueillir avec satisfaction cette initiative mais lance aussi un appel au monde entier à  lutter contre « la production, le commerce, la contrebande d'armes de tous les modèles, alimentés par d'indignes intérêts économiques et de pouvoir ».

« Les initiatives annoncées par l'administration des Etats-Unis pour la limitation et le contrôle de la prolifération et de l'usage des armes sont certainement un pas dans la bonne direction», a-t-il déclaré, au vu du fait que « les américains possèdent aujourd’hui près de 300 millions d’armes à feu ».

Mais, a-t-il ajouté, « personne ne peut certes se faire d'illusions en pensant qu'il suffirait d'en limiter le nombre et l'usage pour empêcher à l'avenir d'horribles tueries comme celles de Newtown, qui a secoué la conscience américaine et mondiale, chez les enfants comme chez les adultes ».

« Se contenter de paroles serait bien pire. Et si les massacres sont perpétrés par des personnes déséquilibrées ou pleines de haine, il ne fait aucun doute qu’ils ont été commis avec des armes », a-t-il relevé.

Le P. Lombardi a déclaré se joindre à l’appel lancé aux députés, par 47 responsables religieux de différentes confessions aux Etats-Unis, pour limiter la circulation de ces armes à feu qui « font payer à la société un prix inacceptable en termes de massacres et de morts insensés ».

Mais tandis que la société étatsunienne est engagée « comme il se doit » dans ce combat « civil et moral », a-t-il poursuivi, « on ne peut pas ne pas élargir notre regard et rappeler que les armes, dans le monde entier, « qui seront peut-être aussi en partie des outils de légitime défense, restent toujours et partout l’instrument dont on se sert pour brandir des menaces et porter la violence et la mort ».

Les armes circulant dans le monde « sont et seront toujours trop nombreuses(…) beaucoup de chemin reste à faire», a lancé le P. Lombardi. « Ne nous lassons pas de lancer des appels au désarmement, d’aller contre la production, le commerce, la contrebande des armes en tout genre, qu’alimentent d’indignes intérêts économiques ou de pouvoir ».

Le P. Federico Lombardi a terminé sa chronique par des paroles d’encouragement, soulignant que « des résultats comme les adhésion aux conventions internationales, la mise au ban des mines antipersonnel et de toute autre forme d’armes meurtrières, la réduction du nombre immense et exagéré des têtes nucléaires sont les bienvenues ! ».