Etats-Unis : Les scandales sont un appel à l’Eglise à se réveiller

Déclarations du cardinal de Boston et du cardinal de New York

| 783 clics

ROME, lundi 22 avril 2002 (ZENIT.org) – Le Vatican doit comprendre que le scandale des abus sexuels aux Etats-Unis est « une question très sérieuse qui mine la mission de l’Eglise ». « C’est un appel à l’Eglise à se réveiller », a déclaré le cardinal Bernard Law, archevêque de Boston, au cours de la messe d’hier, dimanche, en la Cathédrale de la Sainte Croix, à Boston, précise l’agence Associated Press.



Le cardinal américain a d’abord fait état des critiques soulevées par sa manière de traiter certains cas de prêtres accusés d’abus sexuels puis il a expliqué à ses fidèles ce qu’il avait l’intention de dire au Saint Père cette semaine lors de la rencontre des cardinaux américains au Vatican, prévue pour demain mardi, et mercredi.

Le National Catholic Register précise dans sa page web que le 9 avril dernier des évêques américains ont eu un déjeuner de travail avec le pape. A leur arrivée le Saint Père est allé droit au but, sans attendre les présentations formelles. « Dites-moi ce qui se passe aux Etats-Unis », a-t-il demandé.

« En dépit des sentiments de colère et de confiance trahie que certains ont contre moi, et de l’impression que la rencontre de la semaine prochaine n’est qu’une rencontre de cardinaux conservateurs âgés et de fonctionnaires du Vatican, sachez que tant que j’en serai en mesure, je travaillerai sans relâche pour faire face à cette crise et en souligner la sévérité », a déclaré le cardinal de Boston.

Le cardinal Edward Egan, de New York a quant à lui adressé ce week-end une lettre aux habitants de son diocèse demandant pardon « si, avec du recul » on constatait des erreurs qu’il aurait faites dans sa manière de traiter des cas d’abus sexuels.

« Au cours des 15 dernières années, aussi bien à Bridgeport qu’à New York, je n’ai jamais cessé de cherché les meilleurs conseils, indépendants, d’experts en médecine et en science comportementale, sur lesquels baser mon action » précise le cardinal dans sa lettre, qui a été lue au cours des messes du week-end. Le cardinal Egan était évêque de Bridgeport, dans le Connecticut, avant d’être nommé évêque de New York.

« Il est clair que nous comprenons mieux ce problème maintenant », a ajouté le cardinal. « Si avec du recul on découvre que des erreurs ont été commises concernant la prompte suspension de prêtres et l’assistance aux victimes, je suis profondément désolé ».

« Je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir, autant qu’il est humainement possible, pour veiller à ce que de tels abus par le clergé ne se renouvellent jamais. Vous ne devez rien attendre de moins de moi et des autres responsables de notre Eglise ».

Treize cardinaux des Etats-Unis d’Amérique et les préfets des congrégations romaines pour le Clergé, le cardinal Darío Castrillón Hoyos, pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Joseph Ratzinger, et pour les Evêques, le cardinal Giovanni Battista Re, participeront à la rencontre qui aura lieu demain mardi, et mercredi, au Vatican, sur ce sujet. Le 16 avril dernier, le bureau de presse du Saint-Siège précisait dans un communiqué, que l’objet de la rencontre était "l’examen des problèmes qui se sont créés dans l’Eglise des Etats-Unis à la suite des scandales liés à la pédophilie, et l’indication de lignes de conduite dans le but de redonner sécurité et sérénité aux familles et confiance au clergé et aux fidèles" (cf. Zenit, mardi 16 avril).

Mgr Francis Maniscalco, porte-parole de la conférence des évêques des Etats-Unis, a précisé, selon l’agence Reuters, que les cardinaux demanderaient conseil au Vatican pour décider si oui ou non les prêtres pédophiles peuvent conserver leur ministère, si certains ministères peuvent malgré tout leur être confiés, ou s’ils doivent être systématiquement exclus du ministère sacerdotal.