Etats-Unis : réforme de l'association des religieuses catholiques

Repartir sur des fondements doctrinaux solides

| 1286 clics

Hélène Ginabat

Rome, jeudi 19 avril 2012 (ZENIT.org) – La Congrégation pour la doctrine de la foi demande une réforme de la Conférence des supérieures des religieuses catholiques des Etats-Unis (Leadership Conference of Women Religious, LCWR) et nomme Mgr Peter Sartain, archevêque de Seattle, archevêque délégué pour cette initiative.

Le cardinal Levada, préfet du dicastère romain, souhaite, par cette décision,  « encourager une collaboration patiente en vue d’un renouveau de cette conférence ».

Deux évêques, Mgr Leonard Blair et Mgr Thomas John Paprocki, ont aussi été nommés pour l’assister dans ce travail, indique le  communiqué publié mercredi 18 avril par la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis.

Le rôle de l’archevêque délégué est de fournir « révision, orientation et approbation, lorsque c’est nécessaire, au travail de la LCWR »,  selon le document de la Congrégation pour la doctrine de la foi intitulé : « Evaluation doctrinale de la Conférence des supérieures des congrégations religieuses ».

Le mandat du Délégué « pourra aller jusqu’à cinq ans, s’il le juge nécessaire ». Les conseillers supplémentaires – évêques, religieuses et autres experts – « travaillent avec les responsables de la LCWR en vue d’atteindre les objectifs nécessaires pour aborder les problèmes exposés dans cette déclaration »

Un lien formel est aussi demandé entre le Délégué et la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis.

Le document expose les résultats de l’évaluation doctrinale de la LCWR lancée en 2008 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, et menée par Mgr Leonard Blair, évêque de Toledo, dans l’Ohio.

Selon le document, les discours prononcés au cours des assemblées de la LCWR contenaient de « sérieuses erreurs théologiques et doctrinales ». Des lettres envoyés à la Congrégation pour la doctrine de la foi par des « équipes de responsables » de diverses congrégations, y compris des représentants de la LCWR, sur des sujets tels que l’ordination de femmes et l’homosexualité ne sont « pas en accord avec les enseignements de l’Eglise ».

Plusieurs programmes et présentations soutenus par la LCWR contiennent un certain « féminisme radical », note le document romain.

« Les conclusions de cette Evaluation doctrinale de la Conférence des supérieures des congrégations religieuses aux Etats-Unis (LCWR), communiquées aujourd’hui par la Congrégation pour la doctrine de la foi, visent à encourager une collaboration patiente en vue d’un renouveau de cette conférence des supérieures majeures afin d’apporter des fondements doctrinaux plus solides à ses nombreuses et louables initiatives et activités », a déclaré pour sa part le cardinal Levada.