Etre "bonne nouvelle" pour les couples divorcés remariés

L'Eglise les aime, par Mgr Grech

| 1855 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 19 octobre 2012 (ZENIT.org) – L’Eglise marche « aux côtés » des personnes divorcées remariées, elle est pour elles une « bonne nouvelle », a déclaré Mgr Mario Grech, évêque de Gozo, à Malte, lors de la 13e congrégation générale du synode, le 16 octobre 2012 au matin. Il invite à faire « tout ce qui est possible pour qu’elles se sentent aimées, acceptées ».

Puisque le mariage est « en lui-même un Évangile, une Bonne Nouvelle pour le monde d’aujourd’hui », et donc « sujet de la nouvelle évangélisation », selon les mots de Benoît XVI, alors l’Eglise ne peut « négliger la douloureuse réalité de tant de mariages qui malheureusement finissent mal » : c’est la conviction de Mgr Grech.

Une bonne nouvelle

Si l’Église « marche à leurs côtés », c’est « vraiment une bonne nouvelle pour eux », estime-t-il : « l’Église est proche de celui qui a le coeur blessé ».

Il n’y a certes pas de « recettes simples », reconnaît l’évêque, qui précise il s’agit notamment de d’ « aider ces personnes à supporter la souffrance de ce divorce ».

Pour Mgr Grech, les chrétiens doivent leur « dire que l’Église les aime », mais ces personnes divorcées remariées doivent aussi « voir et sentir cet amour ».

En l’occurrence, l’évêque considère que c’est « une grand tâche d’une paroisse, d’une communauté catholique », de faire « tout ce qui est possible pour qu’elles se sentent aimées, acceptées ».

« Elles ne sont pas « en dehors » même si elles ne peuvent recevoir l’absolution et l’Eucharistie », au contraire elles « vivent pleinement dans l’Église », insiste-t-il.

Prévention et accompagnement des familles

Selon l’évêque, il est donc « fondamental » d’être « présents en tant qu’Église » dans la vie des couples divorcés ou remariés chrétiens, surtout lorsque l’enseignement du Magistère est « une pierre sur leur tête ou sur leur cœur », et qu’ils ont « des difficultés à se réconcilier avec l’Église et peut-être avec Dieu ».

« Beaucoup d’entre eux aiment et croient au Seigneur et en l’Église », constate-t-il, et ils attendent  « une parole éclairante » de la part du synode.

Mgr Grech s’arrête par ailleurs sur « la prévention », encourageant à « approfondir dès le début le fait d’être amoureux en une décision profonde, mûre » et sur « l’accompagnement pendant le mariage » afin que « les familles ne soient jamais seules ».