Etudier les Pères de l'Eglise

Un cardinal chez les Augustins

| 1200 clics

ROME, mardi 21 février 2012 (ZENIT.org) –  Un cardinal co-fondateur de l’Institut de patristique de Rome, c’est un encouragement pour l’étude des Pères de l’Eglise, estime, en substance, le prieur général des Augustins, le P. Robert F. Prevost.

Aux yeux de tout l’ordre, dit-il, la remise de la « pourpre » au théologien maltais Prosper Grech, co-fondateur de l'Institut patristique augustinien de Rome  (Institutum Patristicum Augustinianum), constitue « une reconnaissance du travail et de la contribution de l’institut patristique à l’étude des Pères de l’Eglise, selon le charisme de la formation intellectuelle des Augustins ».

Il ajoute que c’est avec « joie » et « reconnaissance » que tout l’ordre de Saint Augustin  accueille l’élévation de leur confrère au rang de cardinal, lors du consistoire de samedi dernier, 18 février, au Vatican.

« C’est avec grande joie que l’Ordre des Augustins vit cette grâce de voir entrer au Collège des cardinaux un de ses membres après 111 ans », déclare-t-il.  

 « J’ai reçu, dit-il, de nombreux messages de félicitations et de joie de la part de nos confrères augustins du monde, et de tant d’autres personnes qui connaissent le P. Prosper Grech, des personnes qui connaissent son travail et son service à l’Eglise, le service intellectuel qu’il a exercé au sein de l'Augustinianum dont il est le co-fondateur ».

Parmi ces félicitations, celles du président de la République de Malte, M. Georges Abela, qui a participé, en la basilique Saint-Pierre, au consistoire ordinaire public présidé par le pape.

S’arrêtant ensuite sur les deux qualités fondamentales qui doivent caractériser les nouveaux cardinaux dans leurs fonctions - « fidélité à l’Église » et « courage d’annoncer la parole de Dieu »,  selon les paroles du pape - le prieur général rappelle que saint Augustin représente  « ce courage de prêcher et d’enseigner la vérité » et que tout cardinal est appelé à l’assumer, de manière particulière, en union avec le ministère du pape et de toute l’Eglise ».

Un message, conclut-il, que « nous tous, les Augustins, sommes appelés à partager dans notre apostolat ».

Isabelle Cousturié