"Eurocath Info": les Conférences épiscopales d'Europe en ligne ensemble

Par le card. Peter Erdö

| 1051 clics

Luca Marcolivio

Traduction d'Océane Le Gall

ROME, Jeudi 10 mai 2012 (ZENIT.org) – Dorénavant, les Conférences épiscopales d’Europe pourront interagir entre elles plus facilement : un nouveau portail d’information sur les Eglises d’Europe est né. Il s’appelle "Eurocath info", sera dans toutes les langues du continent, et il permettra aux conférences de « mieux se connaître, de coopérer et de s’aider mutuellement ».

Le site www.eurocathinfo.eu a été présenté à la presse dans la salle Marconi de Radio Vatican, en présence des cardinaux Péter Erdő, archevêque d'Estergom-Budapest (Hongrie) et président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE), Angelo Bagnasco, président de la conférence épiscopale italienne et Mgr Josef Michalik, président de la conférence épiscopale polonaise, le 9 mai 2012, pour la Journée de l’Europe.

Le projet implique les 33 conférences épiscopales européennes, auxquelles s’ajoutent les diocèses de Luxembourg, de la principauté de Monaco, de Chypre, de Chisinau (Moldavie) et l’Eparchie de Mukachevo (Ukraine).

Sur la page d’accueil s’affichent toutes les nouvelles les plus récentes des conférences épiscopales, chacune dans sa langue originale, souvent accompagnée du document original téléchargeable en format doc.

En haut à droite, une carte de l’Europe donne accès aux informations les plus importantes de chaque conférence épiscopale : nombre des diocèses et paroisses, noms du président et du secrétaire, adresses et contacts, liens hypertextuels avec les organes d’information.

Ce nouveau portail a été réalisé par deux jeunes de moins de 30 ans, tous les deux experts de web editing: Sara María de la Torre Hernández, du bureau de presse de la Conférence épiscopale espagnole, et Marin Oberan, webmaster de la conférence épiscopale de Bosnie-Herzégovine.

Comme expliqué par le cardinal Erdő, la page web a été conçue et réalisée en 4 ans. Il s’agit d’une structure polycentrique, sans vraie rédaction centrale, mais avec la possibilité de traduction automatiques en 32 langues.

Ce nouvel outil, a souligné le cardinal, est « un fruit de la communion chrétienne, une porte vers la vie de l’Eglise et vers Jésus-Christ ». Il permettra aux conférences épiscopales de « mieux se connaître, de coopérer et, si besoin, de s’aider mutuellement ».

Le cardinal Bagnasco, s’est quant à lui arrêté sur la signification profonde de la Fête de l’Europe, proclamée pour la première fois à Milan, en 1985, à l’occasion de l’anniversaire de la déclaration du ministre français des affaires étrangères, Robert Schuman, sur le plan de coopération économique, le 9 mai 1950, qui a lancé le processus d’intégration européen.

Robert Schuman, a rappelé le président de la conférence épiscopale italienne, fut le premier homme politique à parler de l’Europe en termes de « communauté de destin », « responsable de son avenir et fondée sur l’humanisme intégral qui plonge ses racines dans l’Evangile ».

Le président de la CEI a ensuite rappelé les deux grands rendez-vous des prochains mois : le synode des évêques sur la Nouvelle évangélisation (7-28 octobre 2012) et l’Année de la Foi (11 octobre 2012-24 novembre 2013).

L’Année de la Foi, en particulier, a expliqué le cardinal Bagnasco, « a été inspirée par le pape, surtout pour ceux qui ont déjà la foi mais doivent la rendre de plus en plus consciente, joyeuse et prête au témoignage ».

Mgr Michalik est intervenu par ailleurs sur le Catéchisme de l’Eglise catholique, qui fête ses 20 ans d’existence, et qui a été au cœur du XIIème congrès européen sur la catéchèse (7-10 mai), à Rome.

Il a également signalé que la traduction et la diffusion du Catéchisme dans les différentes langues, demande un travail assez complexe, dû aux difficultés à trouver des termes universellement valables pour des concepts comme « conscience », difficile à traduire, par exemple en russe.

Les contenus du Catéchisme sont « exigeants », surtout pour les jeunes générations, a reconnu Mgr Michalik. « Quand Youcat est sorti, a-t-il rappelé, le pape a expliqué aux jeunes que la nouvelle publication ne correspondait pas à leurs désirs ou plaisirs, mais que son but était de susciter des questions et des propositions pour une nouvelle vie ».

Le président de la conférence épiscopale polonaise a enfin souligné qu’il est important de « faire catéchisme avec les jeunes, plutôt qu’aux jeunes » et que les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, première communion et confirmation) peuvent être un moyen pour ramener aussi les parents à la religion.