Europe: Conseillers juridiques des Conférences épiscopales, première rencontre

Communiqué du CCEE

Rome, (Zenit.org) | 482 clics

Le travail du Conseil de l'Europe ; notamment du point de vue juridique, a été au cœur de la rencontre des conseillers juridiques des Conférences épiscopales qui se sont rencontrés pour la première fois à Strasbourg, du 12 au 14 septembre 2013, pour approfondir leur connaissance des institutions européennes, pour dialoguer et partager avec un certain nombre de fonctionnaires de Strasbourg, la préoccupation commune pour le véritable bien spirituel, politique et social des personnes du continent.

Plus de 30 délégués, représentants de vingt-deux Conférences épiscopales d’Europe, ont répondu à l’invitation adressée par le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) de se rencontrer pour la première fois.

La rencontre, conçue avant tout comme une occasion de débat informel entre ces conseillers, d’échange et de dialogue sur les thèmes et les défis posés à l’Église dans le continent, s’est tenue à Strasbourg, grâce à la collaboration avec la Mission Permanente du Saint Siège auprès du Conseil de l’Europe. Cela a permis, en effet, une meilleure connaissance non seulement de cette institution européenne mais également de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui lui est rattachée.

A cet échange ont pris part également les représentants de la Comece, des Missions permanentes du Saint Siège auprès du Conseil de l’Europe et auprès des Nations Unies à Genève, ainsi que le représentant national du Saint Siège pour les crimes de guerre dictés par la haine auprès du ODIHR/OSCE. Pendant la rencontre, les participants ont rencontré également l’archevêque local mons. Jean-Pierre Grallet, le Directeur de la Direction générale pour les Droits de l’Homme et l’Etat de Droit, Jan Kleijssen, les juristes des ambassades de pays membres du Conseil de l’Europe et membres de la Chancellerie de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Droits de l’homme. A Strasbourg, le lieu où sont élaborés bien des documents qui font la « culture », nous avons voulu approfondir, avec les juristes experts des Conférences épiscopales, les fondements des droits de l’homme. Si nous gardons à l’esprit que ceux-ci se basent sur la dignité de la personne, nous comprenons également la responsabilité de tout homme à défendre les droits et la dignité de tous et de chacun.

Liberté religieuse. Dans l’année où ont eu lieu, dans toute l’Europe, de nombreuses manifestations pour célébrer les 1700 ans de l’Edit de Milan, la réflexion de Strasbourg a voulu accorder une attention particulière au sujet de la liberté religieuse à tous les niveaux (objection de conscience, liberté d’expression, liberté d’éducation confessionnelle…).

Le fait que la religion soit en train d’acquérir une importance publique de plus en plus grande dans la vie et dans la conscience des citoyens européens a été amplement démontré par les différentes interventions qui ont souligné aussi bien l’augmentation sensible de restrictions légales promulguées par les Pays membres du Conseil et enregistrées par l’ODICE (Observatory on discrimination and intollerance against christians in Europe) que par les recours déposés devant la Cour Européenne des Droits de l’homme.

A maintes reprises, les participants ont invité le Conseil à être de plus en plus promoteur de la défense de la liberté religieuse. De son côté, l’Eglise a rappelé qu’elle est toujours intéressée à dialoguer et à collaborer lorsqu’il s’agit de défendre les droits de l’homme, par sa contribution spécifique, même si elle doit parfois aller contre-courant.