Europe : L'avortement, première cause de mortalité

Rapport sur l'avortement en Europe

| 3059 clics

ROME, Jeudi 4 mars 2010 (ZENIT.org) - La première cause de mortalité en Europe, c'est l'avortement, révèle le « Rapport sur l'avortement en Europe » : il se produit, sur le continent, un avortement en moyenne toutes les 11 secondes, rapporte « Gènéthique », la synthèse de presse de la Fondation Jérôme Lejeune. L'IPF demande notamment la garantie du « droit de l'enfant dans la période prénatale ».

L'Institut de Politique familiale (IPF) a présenté le 2 mars 2010 un rapport intitulé « L'avortement en Europe et en Espagne » au Parlement européen. 2,9 millions d'avortements ont été pratiqués en 2008 en Europe, c'est-à-dire 1 avortement pratiqué toutes les 11 secondes, soit 7.846 avortements par jour.

Selon Eduardo Hertfelder, président de la Fédération internationale de l'IPF, « l'avortement est devenu la principale cause de mortalité en Europe, et présente des effets sociaux et démographiques dramatiquement constatables ». Le rapport note que l'Espagne est le pays de l'Union européenne des 27 où la hausse du nombre d'avortements a été la plus importante durant les dix dernières années, et où « deux adolescentes avortent toutes les heures ».

Considérant que l'avortement représente une violence faite à la femme, l'IPF émet plusieurs propositions pour « favoriser la mise en oeuvre de politiques publiques qui garantissent le droit de l'enfant dans la période prénatale et le droit de la femme à la maternité en supprimant les obstacles qui les entravent ». Parmi ces propositions, on peut noter entre autres : la « réunion d'un Conseil extraordinaire des Ministres chargés de la famille, qui analyse la problématique de la natalité et ses conséquences sur le vieillissement de la population et l'hiver démographique en Europe et en Espagne » ; la promotion d'un « accord des pays de l'UE sur la mise en oeuvre d'une aide directe universelle à la grossesse de 1.125 euros » ; un « programme spécifique d'aide à l'adolescente enceinte pour faire face aux problèmes particuliers posés par une grossesse à cet âge sans défense"; la "création de centres d'aide, de soins et de conseils à la femme enceinte qui aident toutes les femmes, mariées ou célibataires, à avoir leurs enfants » ; ou encore la réduction de 50% de la TVA sur une série de produits de base d'hygiène infantile.

Sources : Ipfe.org - Gènéthique 03/03/10