Europe: Le message social chrétien doit continuer d´inspirer la construction de l´UE

Des chrétiens s´engagent

| 919 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 6 mars 2002 (ZENIT.org) - "Le message social chrétien doit continuer d´inspirer la construction institutionnelle et les initiatives de la société civile" en Europe estiment un groupe de personnalités européennes réunies la semaine passée à Berlin: un groupe de travail est mis en place en vue d´une manifestation européenne en 2004.



Des personnalités venant de 20 pays européens se sont réunies du 28 février au 2 mars 2002 à l´Académie catholique de Berlin, pour un Colloque consacré aux responsabilités sociales des chrétiens face à l´évolution actuelle de la construction européenne.

On y a noté entre autres la présence de Mgr Gérard Defois, évêque de Lille, Michel Camdessus, président des Semaines Sociales, du professeur Hans-Joachim Meyer, président du ZdK, d´Andrea Riccardi, président de la communauté de Sant´Egidio, de Henryk Wozniakowski, ancien ministre polonais et directeur des Editions SNAK, de Maria Martens, députée européenne pour les Pays Bas.

Les participants à ce Colloque ont décidé la création d´un Groupe de travail dont l´objectif est la préparation d´une importante manifestation européenne à l´automne 2004. Cette démarche se veut ouverte à tous ceux pour lesquels le message social chrétien doit continuer d´inspirer la construction institutionnelle et les initiatives de la société civile face aux grandes questions de notre temps.

Le Colloque, à l´issue de ses travaux, a adopté une déclaration commune, dont on peut retenir les points suivants (le texte intégral est disponible sur le site des Semaines Sociales http://www.ssf-fr.org, les intertitres sont de la rédaction) :

La solidarité des plus riches envers les plus pauvres et l´Amour du Christ
1) [.] Aujourd´hui comme hier, l´unification de l´Europe est un projet qui nous rejoint au cour de nos préoccupations éthiques et spirituelles : le respect de la dignité humaine, le pardon et la réconciliation, l´appel aux plus grands de ses membres à ne pas chercher à imposer leur
volonté aux plus petits, la solidarité des plus riches envers les plus pauvres, une conception de l´Homme marquée par l´Amour du Christ et qui donne à la conscience européenne une identité sociale forte. [.]

Sur la base des principes de solidarité et de subsidiarité
2) [.] Souvent présentés comme contradictoires, [l´approfondissement et l´élargissement de l´Europe] relèvent pour nous de la même espérance : celle de bâtir une véritable communauté politique entre nos pays sur pied d´égalité, c´est-à-dire une structure fédératrice spécifique à une
union d´Etats et de nations. Cette fédération européenne conçue sur la base des principes de solidarité et de subsidiarité, [.] sera nécessairement évolutive dans ses missions, son périmètre territorial et dans l´organisation de ses pouvoirs. Mais il est maintenant indispensable d´en fixer les bases à travers l´élaboration d´une constitution européenne ouverte et flexible.

Intensifier les rencontres au niveau des croyants
3) [.] A côté du dialogue nécessaire d´Eglise à Eglise, il est temps d´ intensifier les rencontres au niveau des croyants eux-mêmes, porteurs de la riche diversité de leurs cultures. Le dialogue, ocuménique et interreligieux, est une exigence incontournable pour une Europe qui est déjà beaucoup plus qu´un projet économique ou un marché.

L´Europe solidaire et la mondialisation
4) [.] l´Europe doit assumer sa part de responsabilité dans la construction d´un monde nouveau, celui d´une mondialisation humaine et porteuse de valeurs, respectueuse des libertés personnelles dont la liberté religieuse, celui d´un développement durable, celui où le
dialogue et le compromis l´emportent sur la force et l´oubli des plus pauvres. Les citoyens et citoyennes d´Europe doivent accepter les coûts politiques et économiques d´une telle responsabilité. La solidarité est au coeur de l´expérience de cinquante années de l´histoire de
l´unification européenne. Elle est fondée sur l´amour du prochain et dans le caractère universel de notre foi.