Europe: le rapport Estrela rejeté, satisfaction des familles

La subsidiarité en question

Bruxelles, (Zenit.org) Rédaction | 596 clics

Le "Rapport Estrela" a été rejeté pour la seconde fois au Parlement européen: les associations de défense de la dignité humaine et de la vie naissante se félicitent de l'issue du vote.

Il s'agit d'un "rapport très controversé sur la Santé et les Droits Sexuels et Génésiques présenté par le député européen portugais Edite Estrela", rappelle ce communiqué de la Fédération des Associations Familiales en Europe (FAFCE).

Le vote est réellement une victoire pour les citoyens de l’Union européenne. Leurs voix ont été plus fortes que celles des lobbies qui soutenaient ce rapport. Une forte mobilisation de citoyens à travers l’Europe a montré que chaque citoyen peut faire une différence !

En effet, le texte empiétait sur des domaines comme les droits parentaux, l’éducation sexuelle, la dignité humaine et la liberté de conscience comme l’a souligné l’analyse présentée par la Fédération des Associations Familiales en Europe (FAFCE). Aucun de ces domaines ne relève de la compétence de l’Union européenne.

Une lettre ouverte adressée aux députés européens en vue du vote par Antoine Renard, Président de la FAFCE, mettait en avant les constats suivants: « Le projet de résolution porte profondément atteinte au principe de subsidiarité et cela à deux niveaux. Tout d’abord, tout observateur de la procédure parlementaire concernant ce texte peut constater que les règles de base de la démocratie sont bafouées : après le renvoi voté par la plénière le 22 octobre dernier le texte a été passé en force par le Président de la Commission des Droits de la femme, n’autorisant ni débat ni dépôt d’amendement. Les institutions européennes ne bénéficient pas d’une grande popularité parmi les citoyens des Etats membres et ce constat ne peut qu’être renforcé par le comportement de ceux qui ont été élus démocratiquement pour les représenter. Ce sont les intérêts de groupes de lobbying, dont la Fédération internationale du Planning familial, qui ont motivé ces manquements et non l’intérêt premier des peuples de notre continent. (…) Ce texte n’est pas digne de l’Union européenne, il n’est pas digne de ses citoyens ».
 
La FAFCE se félicite de ce vote qui est l’expression des voix des citoyens en faveur de la dignité humaine, un droit fondamental dans l’Union européenne.