Europe: les bienfaits de la religion chrétienne pour le continent

1700 ans de l'Edit de Milan, lettre du CCEE à l'archevêque de Belgrade

Rome, (Zenit.org) | 689 clics

Les bienfaits de la religion chrétienne pour le continent européen sont diagnostiqués dans une Lettre de la Présidence du CCEE à l’archevêque de Belgrade, à l’occasion du pèlerinage régional (Niš, 20-21 septembre) pour commémorer les 1700 ans de l’édit de Milan.

“Il ne faut pas que l’édit de Milan soit uniquement un événement du passé qui a permis de reconnaître le droit des personnes à la liberté de religion et la dimension publique de la foi chrétienne. Aujourd’hui, il est important aussi parce qu’il permet d’apprécier à nouveau la valeur sociale que la religion a toujours eue en Europe. Il s’agit d’un instrument apte à susciter la paix dans les cœurs et entre les nations, et à éduquer les personnes non seulement à la liberté de conscience – la liberté de religion ne peut se limiter à ce seul droit – mais aussi à la liberté de chacun de vivre et contribuer au bien de tous, individuellement et communautairement”, c’est ce que la Présidence du CCEE a écrit à Mgr Stanislav Hocevar, archevêque de Belgrade et responsable du pèlerinage régional qui aura lieu à Niš, les 20 et 21 septembre, à l’occasion du 1700e  anniversaire de l’édit  de Milan.

Ce pèlerinage, qui voit la participation de centaines de fidèles venant du pays et de maintes autres nations européennes, est organisé par l’archidiocèse de Belgrade et promu par la Conférence épiscopale internationale des Saints Cyrille et Méthode, “en dialogue continu avec la plus grande Eglise orthodoxe serbe, avec les autres Eglises et communautés religieuses et avec la société civile tout entière”, comme l’écrit Mgr Hocevar dans sa lettre de salutation aux participants, affichée sur le site de l’événement (en plusieurs langues): http://www.milanedict2013.com/

Adressé principalement aux jeunes, ce pèlerinage est le fruit d’une préparation triennale visant à chercher un paradigme pour vivre ensemble de manière plus authentique et établir des relations entre religion/religions et société à tous les niveaux, ainsi qu’à éveiller une véritable espérance pour l’avenir.

Cette rencontre, qui voit la participation du cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, en qualité de délégué pontifical, a lieu à Niš, ville natale de Constantin le Grand ; elle représente ainsi “une occasion pour la communauté locale et les participants d’autres pays de réfléchir sur les bienfaits que la religion chrétienne a apportés à la culture et  au continent européen tout entier, ainsi que sur l’importance de vivre à nouveau avec enthousiasme la foi”, écrit le CCEE.

La lettre de la Présidence du CCEE se termine par une invitation adressée aux jeunes : “En ce sens, nous applaudissons particulièrement le choix d’avoir voulu adresser l’invitation à rappeler cette récurrence spécialement aux jeunes, parce que cet événement,  qui a marqué si fortement l’histoire de l’Europe, ne soit pas seulement un souvenir appris dans les livres d’histoire, mais devienne l’histoire même dans la vie des générations présentes et futures”.

La Présidence du CCEE qui a signé la lettre est constituée de:

Cardinal Péter Erdő, archevêque d’Esztergom-Budapest et Président CCEE

Cardinal Angelo Bagnasco, archevêque de Gênes et Vice-président CCEE

Mgr Józef Michalik, archevêque di Przemyśl e Vice-président CCEE

Mgr Duarte da Cunha, Secrétaire général CCEE