Europe : les Eglises s'engagent pour le renouveau et l'annonce

Rencontre du CCEE et du KEK

Rome, (Zenit.org) | 715 clics

Face au phénomène des groupes et les mouvements religieux hors des Eglises chrétiennes, celles-ci s’engagent pour « l'évangélisation » et « le renouveau de la vie des Eglises » : c’est ce que rapporte le communiqué final émis par le Comité conjoint du Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE) et de la Conférence des Eglises Européennes (KEK).

Le Comité conjoint du Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE) et de la Conférence des Eglises Européennes (KEK) était en effet réuni du 4 au 6 févier 2013 à Varsovie. 

Les travaux, qui ont eu sur le thème « Foi et religiosité dans une Europe qui change. Les nouveaux mouvements chrétiens en Europe : défi ou opportunité ? » (cf. Zenit du 25 janvier 2013) se sont déroulés « dans une ambiance cordiale et amicale », précise le communiqué.

La situation des migrants

Les participants ont examiné le défi posé aux Eglises chrétiennes par les groupes et les mouvements religieux – tels les groupes néo-pentecôtistes – qui se situent « en dehors du courant majoritaire de ces Eglises chrétiennes ».

La Charte oecuménique, une déclaration conjointe du CCEE et de la KEK, signée le 22 avril 2001, abordait déjà cette question en soulevant la nécessité de « faire la différence entre les communautés avec lesquelles il est souhaitable d'établir un dialogue et de se rencontrer, et celles qui requièrent une prudence particulière du point de vue chrétien », rappelle le texte.

Les participants se sont entre autres arrêtés sur la situation particulière « des migrants qui sont venus en Europe, mais qui ne se sentent pas à l'aise dans le courant majoritaire des Eglises européennes ; ainsi, ils se réfugient dans l'un des nouveaux mouvements religieux ».

L'urgence de l'évangélisation

A partir des données scientifiques et du contexte global de ce phénomène – l'éclectisme, la fluidité de l'appartenance religieuse et la façon dont les réseaux sociaux sont en train de modifier le sens d'appartenance et les rapports personnels – le groupe a réfléchi sur la réponse à donner à ce défi complexe, « aussi bien par le biais de l'évangélisation que par le renouveau de la vie des Eglises ».

Ainsi, les membres du CCEE et de la KEK ont parlé de l’urgence de l'évangélisation : le CCEE a fourni des informations sur la nouvelle évangélisation, l’Année de la foi et le 50e anniversaire du Concile Vatican II et il a présenté un rapport sur le synode pour l'évangélisation (octobre 2012). La KEK a parlé des développements les plus récents liés à la préparation de leur XIVe Assemblée Générale (Budapest, Hongrie,3-8 juillet 2013) dont le titre sera :. « Et maintenant qu’attendons-nous ? – La KEK et sa mission dans une Europe qui change ».

Le CCEE et la KEK ont « renouvelé leur engagement pour une communion ecclésiale au service d’un témoignage et d’une annonce de Jésus-Christ qui soient de plus en plus efficaces pour les peuples d’Europe ».

Pour la paix au Moyen-Orient

Par ailleurs, les participants ont vécu des temps de prières, intercédant notamment pour les personnes qui vivent dans des situations précaires mais aussi pour « l'instabilité de la situation, aussi bien au Moyen-Orient qu’en Afrique du Nord », appelant de leurs vœux « un programme de dialogue constructif, dans la situation spécifique mais aussi dans la région toute entière », « seul chemin à parcourir pour atteindre une justice et une paix durable ».

Mardi 5 février, les participants ont visité le siège de la Conférence épiscopale polonaise. La rencontre s’est achevée mercredi 6 février par une visite au Musée de l'Insurrection.

Le prochain Comité conjoint aura lieu du 17 au 19 février 2014. Le Comité Conjoint, institué en 1972, est l'instance de dialogue la plus élevée entre la KEK et le CCEE. Il se réunit généralement une fois par an.