Europe : Relancer la réflexion sur le Traité constitutionnel

Protéger la liberté religieuse

| 2114 clics

ROME, Lundi 8 janvier 2007 (ZENIT.org) – En Europe, Benoît XVI invite à une « réflexion sur le Traité constitutionnel », et il évoque les 50 ans du Traité de Rome.



Evoquant le très récent élargissment de l’Union euroepénne à 27 membres, avec la Bulgarie et la Roumanie, le pape soulignait qu’il s’agit de « nations de longue tradition chrétienne ».

« Alors que l’on s’apprête à célébrer le cinquantième anniversaire des Traités de Rome, une réflexion s’impose sur le Traité constitutionnel », ajoutait le pape en disant son souhait que « les valeurs fondamentales qui sont à la base de la dignité humaine soient pleinement protégées, en particulier la liberté religieuse dans toutes ses dimensions et les droits institutionnels des Églises ».

Benoît XVI mentionnait également « l’indéniable patrimoine chrétien de ce continent, qui a largement contribué à modeler l’Europe des Nations et l’Europe des peuples ».

« Le cinquantième anniversaire de l’insurrection de Budapest, fêté au mois d’octobre dernier, nous a rappelé les événements dramatiques du vingtième siècle qui incitent tous les Européens à construire un avenir libre de toute oppression et de tout conditionnement idéologique, à tisser des liens d’amitié et de fraternité, et à manifester sollicitude et solidarité envers les plus pauvres et les plus petits ; de même, il importe de purifier les tensions du passé, en promouvant la réconciliation à tous les niveaux, car c’est elle seule qui permet de construire l’avenir et de consentir à l’espérance ».

Le pape lançait un appel à « tous ceux qui, dans le continent européen, sont tentés par le terrorisme, à cesser toute activité de ce genre, car de tels comportements, qui font prévaloir la violence et qui engendrent la peur chez les populations, constituent une voie sans issue ».

Mais le pape mentionnait aussi ce qu’il appelait des «conflits gelés», souhaitant « qu’ils trouvent rapidement une solution définitive », et les « tensions récurrentes » liées « aux ressources énergétiques ».

Pour les Balkans, le pape allelait de ses voeux « la stabilisation que tous espèrent, en particulier grâce à l’intégration des nations qui la composent dans les structures continentales et au soutien de la communauté internationale ».

« Alors qu’approche le moment où sera défini le statut du Kosovo, le Saint-Siège demande à tous ceux qui sont concernés un effort de sagesse clairvoyante, de flexibilité et de modération, afin que soit trouvée une solution qui respecte les droits et les attentes légitimes de tous », concluait le pape.