Evangéliser aujourd'hui : communion et collaboration entre l'Afrique et l'Europe

Par le card. Sarr

| 1364 clics

ROME, lundi 13 février 2012 (ZENIT.org) – Les évêques d’Afrique et d’Europe unissent leurs forces pour rejoindre « les hommes et les femmes d’aujourd’hui » dans l’annonce de l’Evangile, fait observer le cardinal Théodore-Adrien Sarr, archevêque de Dakar, et, pour trois ans, président de la nouvelle Conférence épiscopale des évêques d’Afrique de l’Ouest (Recowa-Cerao).

Egalement vice-président du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar – le SCEAM -, le cardinal Sarr est intervenu pour l’ouverture du deuxième symposium du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE) et du SCEAM, ce 13 février 2012, à Rome. Le symposium a pour thème « L’Evangélisation aujourd’hui : Communion et Collaboration entre l’Afrique et l’Europe – L’homme et Dieu : la mission de l’Eglise d’annoncer la présence et l’amour de Dieu » (cf. Zenit du 10 février 2012).

Synthèse du parcours effectué jusqu’à aujourd’hui, par le card. Sarr

Eminences,

Excellences,

Chers Confrères dans le Sacerdoce,

Honorables invités,

A l’ouverture du deuxième Symposium du Conseil des Conférences

Episcopales d’Europe (CCEE) et du Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM), c’est une fervente action de grâces, qui monte de nos cœurs vers le Dieu trois fois Saint. D’une part en effet, nous reconnaissons qu’Il nous a fait la grâce de désirer des rencontres entre Evêques d’Afrique et d’Europe, d’autre part Il nous a fait ces autres grâces d’avoir pu organiser un premier symposium en 204, et d’avoir réussi à le faire suivre de plusieurs rencontres plus restreintes entre les années 2004 et 2012.

       Il m’a été demandé de vous présenter la Synthèse du cheminement, que nous avons parcouru ensemble durant ces huit (8) années ; ce qui doit aider les membres de notre assemblée d’être au même niveau d’information sur ce que nous désirions faire, et sur ce que nous avons pu faire, afin de pouvoir mieux déterminer ce que nous voulons faire à l’avenir.

       Avant de m’acquitter de cette tâche, je tiens à vous adresser, à chacun et à vous tous, mes cordiales salutations, et à vous dire ma joie personnelle de voir tant de représentants des Conférences épiscopales d’Afrique et d’Europe rassemblés une deuxième fois à Rome, près des Tombeaux des grands Apôtres Saint Pierre et Saint Paul, pour prier ensemble et réfléchir ensemble sur des aspects importants de l’accomplissement de la Mission, que le Christ a confiée à son Eglise.

Les rencontres épiscopales, dont nous allons vivre la deuxième version

majeure, sont nées d’un désir, ressenti et exprimé pendant longtemps par plusieurs Evêques d’Afrique et d’Europe. Un tel désir traduit évidemment la sollicitude que tous les Evêques doivent nourrir envers toutes les Eglises, et la conscience de leur devoir commun d’annoncer l’Evangile, comme les Pères du Concile Vatican II l’ont souligné dans tant de documents.

 Du côté de l’Afrique, j’ai été personnellement témoin d’appels à des rencontres institutionnelles entre Evêques des deux continents, pour aller plus loin que ce qui se vivait déjà depuis longtemps, entre autres des contacts personnels entre Evêques Africains et Européens, des jumelages et autres partenariats entre diocèses, des visites des bénéficiaires aux organismes du Nord bailleurs de fonds, des visites d’agents des mêmes organismes aux bénéficiaires du Sud, etc…

C’est donc avec une grande satisfaction, que nous autres, Evêques d’Afrique, nous avions constaté une écoute favorable à nos appels à nous rencontrer, qui a rendu possible l’organisation du premier Symposium CCEE-SCEAM, les 10-13 novembre 2004 à Rome, sur le thème : Communion et Solidarité entre l’Afrique et l’Europe -  Christ nous appelle – Christ nous envoie.

Trois jours passés ensemble nous avaient fait expérimenter la communion fraternelle, objet de notre réflexion et la joie de nous tracer des perspectives d’une collaboration entre nos Eglises, autre objet de la rencontre.

En conclusion du Symposium, et en réponse au commandement du Christ « Duc in altum – Avance au large ». (Luc 5,4), il fut décidé la création d’un Comité de Suivi, devant rassembler quelques Evêques représentant du CCEE et du SCEAM et les Secrétaires généraux des deux instances. Un programme de Colloques annuels fut également adopté, et son exécution confié au Comité de Suivi.

Celui-ci s’est acquitté fidèlement de sa mission. Il a pu organiser :

-       Un premier Colloque sur l’Esclavage et les nouvelles formes d’Esclavage, les 13-18 novembre 2007 à Cape Coast au Ghana, à l’occasion du 200ème anniversaire de l’abolition de l’Esclavage. Il permit aux participants de faire leur la condamnation de la Traite Négrière, par le Pape Jean-Paul II à Gorée, lors de sa Visite Pastorale de 1992, et de demander l’engagement de nos Eglises dans la lutte contre toutes les nouvelles formes d’esclavage.

-       Un deuxième Colloque sur Les Migrations, nouvel espace d’évangélisation et de solidarité, les 19-23 novembre 2008 à Liverpool en Grande Bretagne. Il permit aussi aux participants de rappeler la permanence de la migration dans l’histoire de l’humanité et dans la Bible, ses aspects positifs et négatifs, la nécessité d’une Pastorale de la Migration pour une meilleure prise en charge des migrants et immigrés par nos Eglises.

-       Un troisième Colloque sur La Nouvelle situation de la Mission ad Gentes-Echanges de personnes et Formation-Vocation, les 10-14 novembre 2010 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Une riche réflexion permit aux participants de souligner l’universalité de la tâche missionnaire, la dimension missionnaire de l’Eglise, la vocation missionnaire de tous les baptisés, de même que la crise des missions, les principaux aspects de la nouvelle situation des Eglises en Afrique et en Europe, les principaux défis qu’elle entraine, et enfin des perspectives d’orientations pour les relever, afin que la Bonne Nouvelle du Christ puisse être toujours annoncée au sein des réalités et situations actuelles des personnes et de leurs sociétés.

C’est alors que l’opportunité d’un deuxième Symposium a été

soulignée, afin de faire le point sur le programme des rencontres, et de déterminer de nouvelles orientations et un nouveau programme pour les années à venir.

       Le thème retenu parle de lui-même, L’Evangélisation aujourd’hui : Communion et Collaboration entre l’Afrique et l’Europe – L’homme et Dieu : la mission de l’Eglise d’annoncer la présence et l’amour de Dieu.

Comme le premier, le deuxième Symposium ne manquera pas d’offrir aux Evêques la grande joie d’expérimenter la communion fraternelle en Eglise, d’approfondir des liens d’amitié, d’en nouer de nouveaux, de raviver leur conscience de leur mission commune de pasteurs de l’Eglise universelle. Conscients également de la nouvelle interdépendance des pays, de leurs peuples et des continents, entrainée par la mondialisation dans ses aspects positifs et négatifs, ils sont habités par un grand désir de collaboration entre Eglises, et de continuation des rencontres, qui doivent permettre de préciser les champs,  les modalités et les conditions de cette collaboration. Ils éprouvent le besoin et ressentent la nécessité d’unir leurs forces et leurs moyens, pour mieux annoncer l’Evangile aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui, dans tous les pays et continents, en les rejoignant dans leurs dispositions personnelles, dans leurs situations et conditions de vie.

       Nous demandons aujourd’hui, nous demanderons durant ces quatre jours, au Dieu Père, Fils et Esprit Saint, par l’intercession de notre Dame de la Pentecôte, de nombreuses grâces de communion fraternelle, de lumière d’ouverture et écoute mutuelles, de détermination à aller toujours plus loin dans la collaboration pastorale, afin de toujours mieux répondre au commandement du Seigneur, « Duc in altum – Avance au large ». (Luc 5,4).

Théodore-Adrien Cardinal SARR

Archevêque de Dakar