Evangile, fraternité et mission : le pape s’adresse aux supérieurs généraux

| 1969 clics

ROME, Vendredi 26 novembre 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI a mis en avant l'importance de l'Evangile, de la fraternité et de la mission pour la vie consacrée en Europe, en recevant ce vendredi au Vatican les participants à l'Assemblée générale de l'Union des supérieurs généraux (USG). Le Comité de direction de l'Union internationale des supérieurs généraux (UISG) était aussi présent à l'audience.

« Vous êtes par votre vocation des chercheurs de Dieu », a rappelé Benoît XVI. « Vous consacrez à cette recherche les meilleures énergies de votre vie. Vous passez des choses secondaires aux choses essentielles, à ce qui est vraiment important ; vous cherchez le définitif, vous cherchez Dieu, vous maintenez le regard tourné vers Lui ». « Soyez toujours des chercheurs passionnés et des témoins de Dieu ! », a-t-il ajouté.

Dans son discours, le pape a évoqué l'importance de la Parole de Dieu et « plus concrètement de l'Evangile » pour le « renouvellement profond de la vie consacrée ». « L'Evangile vécu quotidiennement est l'élément qui donne sa fascination et sa beauté à la vie consacrée et vous présente au monde comme une alternative de confiance », a-t-il affirmé. « La société actuelle a besoin de cela, c'est ce que l'Eglise attend de vous : être un Evangile vivant ».

Le pape a aussi voulu souligner un autre aspect de la vie consacrée : la fraternité. « La vie fraternelle est un des aspects que les jeunes cherchent majoritairement quand ils s'approchent de votre vie ; c'est un élément prophétique important que vous offrez dans une société fortement individualiste », a constaté le pape.

« Je connais les efforts que vous faites dans ce domaine, comme je connais aussi les difficultés que la vie communautaire comporte », a-t-il affirmé en évoquant l'importance d'un « discernement sérieux et constant pour écouter ce que l'Esprit dit aux communautés, pour reconnaître ce qui vient du Seigneur et ce qui lui est contraire ».

« Sans le discernement accompagné de la prière et de la réflexion, la vie consacrée court le risque de s'arranger des critères de ce monde : l'individualisme, le consumérisme, le matérialisme », a mis en garde Benoît XVI. « Des critères qui diminuent la fraternité et font perdre à la vie consacrée sa fascination et son énergie ».

Un dernier élément mis en évidence par le pape : la mission. « La mission est la manière d'être de l'Eglise et, en elle, de la vie consacrée. Elle fait partie de votre identité, elle vous pousse à apporter l'Evangile à tous, sans frontières », a-t-il insisté.

« La mission, soutenue par une forte expérience de Dieu, donne une robuste formation. Elle est une clef pour comprendre et revitaliser la vie consacrée. Allez donc et dans une fidélité créative, faite vôtre le défi de la nouvelle évangélisation », a lancé le pape.

Benoît XVI a enfin abordé la question du manque de vocations à la vie consacrée : « Les difficultés ne doivent pas nous faire oublier que la vie consacrée a son origine dans le Seigneur : elle est voulue par Lui pour l'édification et la sainteté de son Eglise et pour cela, l'Eglise elle-même n'en sera jamais privée ».

Marine Soreau