Face à la fatigue des problèmes quotidiens, nous ne sommes pas seuls

Homélie de Benoît XVI lors de la messe célébrée à Turin

| 2289 clics

ROME, Dimanche 2 Mai 2010 (ZENIT.org) - En s'adressant aux personnes qui vivent « de nombreuses difficultés » et « de nombreux problèmes », Benoît XVI a souhaité rappeler que Dieu « est proche de chacun » et qu'ils ne nous laisse pas seuls.

Devant les quelque 50 000 fidèles présents à la messe qu'il a célébrée place San Carlo à Turin, dans la matinée du 2 mai, le pape a reconnu que la « vie chrétienne » n'était « pas facile ».

En évoquant particulièrement « ceux qui vivent concrètement leur existence dans des conditions de précarité à cause du chômage, de l'incertitude de l'avenir, des souffrances physiques et morales », le pape a reconnu combien la vie portait parfois à « affronter de nombreuses difficultés, de nombreux problèmes ».

« Mais ce qui rend possible d'affronter, de vivre et de dépasser la fatigue des problèmes quotidiens, c'est justement la certitude qui nous vient de la foi, la certitude que nous ne sommes pas seuls, que Dieu nous aime sans distinction et qu'il est proche de chacun par son amour », a-t-il affirmé avec force.

Dans son homélie, Benoît XVI a aussi adressé un mot d'encouragement aux prêtres et aux diacres, aux religieux et aux religieuses. « Parfois, être des ouvriers dans la vigne du Seigneur peut être fatigant, les engagements se multiplient, les demandes sont nombreuses, les problèmes ne manquent pas ».

« Sachez puiser quotidiennement la force d'apporter l'annonce prophétique du salut dans la relation d'amour avec Dieu dans la prière ; re-centrez votre existence sur l'essentiel de l'Evangile ; cultivez une dimension réelle de communion et de fraternité au sein du clergé, de vos communautés, dans les rapports avec le Peuple de Dieu ; témoignez dans le ministère de la puissance de l'amour qui vient d'en Haut », a-t-il exhorté.

Message aux jeunes et aux familles

Le pape a aussi adressé un appel à ceux qui sont appelés à « administrer la société », les invitant à collaborer en vue du « bien commun » et à « rendre la ville toujours plus humaine et vivable ».

Il s'est enfin adressé aux familles et aux jeunes.

« J'invite les familles à vivre la dimension chrétienne de l'amour dans les actions simples du quotidien, dans les rapports familiaux, en dépassant les divisions et les incompréhensions, en cultivant la foi », a-t-il affirmé.

S'adressant particulièrement aux jeunes, le pape les a enfin invités à « ne jamais perdre espoir ».

Marine Soreau