Festival de littérature et culture juive à Rome

« Un pays pour les jeunes », au Ghetto

Rome, (Zenit.org) Antonio d'Angio | 415 clics

La sixième édition du Festival international de littérature et culture juives de Rome s'est ouverte samedi 20 juillet et s'achèvera jeudi 25. Il amour thème: « Un pays pour les jeunes ». Le programme détaillé est disponible sur le site www.festivaletteraturaebreica.it.

Samedi soir, des centaines de personnes faisaient la queue devant le Palais de la Culture et le long des Jardins du Temple, dans l’attente de l’ouverture de deux des événements les plus importants de « La nuit de la Kabbale » : le monologue de l’écrivain Roberto Saviano sur l'histoire des juifs de Rome, et la rencontre avec le rabbin Roberto Della Rocca, pour son récit sur l’histoire du symbole de l’étoile de David.

Cette sixième édition, dirigée par Ariela Piattelli, Raffaella Spizzichino et Shulim Vogelmann, présente un certain nombre de nouveautés : un changement de date qui situe le festival fin juillet et non plus début septembre, un festival plus long qui s’étale sur six soirées et enfin l’ouverture d’un nouvel espace à côté de l’île Tibérine.

Cette année encore, le festival veut montrer les multiples facettes de la culture juive et réfléchir à la contribution qu’elle peut apporter à l’actualité,  justement grâce à la capacité de la jeunesse de créer et de entretenir des réseaux, dans l'esprit de ces paroles de Franz Kafka : « La jeunesse et heureuse car elle a la capacité de voir la beauté. Celui qui sait conserver sa capacité à voir la beauté ne deviendra jamais vieux. »

L’actrice Maria Rosario Omaggio, qui avait interprété l’année dernière le dialogue entre la journaliste Oriana Fallaci et le premier ministre israélien Golda Meir, se produira le jeudi 25 juillet dans les Jardins du Temple avec le texte de Primo Levi: « Si c’est un homme ».

La soirée de ce lundi 22 sera dédiée au cinéma et le festival se conclura, jeudi, par le concert du groupe « The Shuk », qui jouera de la musique juive traditionnelle revisitée.

À noter aussi parmi les nouveautés la performance de l’acteur Alberto Pavoncello, intitulée « Sourires en pilules », à l’hôpital israélite.