Fête de Cyrille et Méthode, visite des présidents de Bulgarie et Macédoine

Les racines chrétiennes de l’Europe et leurs valeurs

| 1965 clics

ROME, Vendredi 22 mai 2009 (ZENIT.org) - Benoît XVI appelle l'Europe à être fidèle à ses racines chrétiennes et aux valeurs qu'elles portent en elles.

A l'occasion de la fête - selon le calendrier julien - des saints frères de Thessalonique, Cyrille et Méthode, deux délégations de Bulgarie et de l'ex-République yougoslave de Macédoine ont été reçues, comme c'est la tradition, par le pape Benoît XVI.

En effet la tombe de saint Cyrille se trouve à Rome, en la basilique Saint-Clément de la via Labicana, non loin du Colisée. Son frère, Méthode, repose dans les environs de Velehrad, en République tchèque.

Les deux délégations en visite au Vatican étaient guidées par les deux présidents, Georgi Parvanov, de Bulgarie, et Gjeorge Ivanov, de l'ex-République yougoslave de Macédoine.

Benoît XVI a souhaité que l'Europe « reste fidèle à ses racines chrétiennes » : « Les valeurs de la solidarité et de la justice, de la liberté et de la paix, constamment réaffirmées aujourd'hui, trouvent encore plus de force et de solidité dans l'enseignement éternel du Christ, traduit dans la vie de ses disciples de tous les temps », a fait observer le pape.

Benoît XVI a mentionné spécialement l'œuvre « évangélique et sociale » des apôtres des Slaves, au IXe s., co-patrons de l'Europe, justement.

Benoît XVI a souligné que le défi que les chrétiens ont à affronter aujourd'hui est justement celui de « conserver le patrimoine d'idéaux et de valeurs » que des saints comme Cyrille et Méthode ont transmis par la parole et par leurs œuvres.

Voilà, a fait observer le pape, « la contribution la plus précieuse que les chrétiens peuvent offrir à la construction de l'Europe du IIIe millénaire, qui aspire à un avenir de progrès, de justice et de paix pour tous ».

Pour Benoît XVI, leur « héritage spirituel » a marqué la vie des peuples slaves, et leur exemple a soutenu le témoignage et la fidélité d'innombrables chrétiens au cours des siècles.

Ces deux frères ont en effet, a ajouté le pape, « consacré toute leur existence » à la diffusion du message du salut mais ils ont en même temps travaillé à l'avènement d'une société « juste et solidaire »