Fête de deux Galiléens

Dont le premier évêque de Jérusalem

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 591 clics

L'Eglise fête aujourd'hui ensemble les apôtres Jacques et Philippe, en l'anniversaire de la translation de leur reliques à Rome, dans la crypte de la basilique des Saints-Apôtres, à deux pas de la place de Venise. Le site "missel.free" rappelle ces éléments essentiels (cf. http://missel.free.fr/Sanctoral/05/03.php).

Tandis que de nombreuses églises disent conserver des reliques de l'apôtre Philippe, on ne sait pas grand chose du développement de son culte. Pour ce qui est du culte de saint Jacques - dit le Mineur - on montrait à Jérusalem, au IV° siècle, sa chaire épiscopale vénérée ensuite à l’église de la Sainte-Sion. Au VIe siècle, une église de Jérusalem passait pour avoir été construite sur l’emplacement de sa maison.

Un disciple de Jean-Baptiste

Les évangiles de Matthieu, Luc et Jean citent Philippe dans différents épisodes, de façon explicite ou non. Il est né sur les bords du lac de Tibériade, comme les deux frères Pierre et André, à Bethsaïde. Clément d'Alexandrie suit une tradition ancienne lorsqu'il identifie Philippe dans le au jeune homme qui demande la permission d'aller enterrer son père avant de suivre Jésus qui répond de laisser les morts ensevelir les morts (Mt 7, 22; Luc 9, 60).

Selon saint Jean, il fut d'abord un disciple de Jean-Baptiste avant d'être appelé par Jésus. C'est lui qui conduit Nathanaël - Barthélemy - à Jésus (Jn 1, 43-51). Jésus s'adresse à lui avant la première multiplication des pains (Jn 6, 5-7). Des païens lui demandent de pouvoir approcher le Jésus (Jn 12, 21-22). Et pendant la Cène, il prend la parole pour demander à Jésus de leur montrer le Père (14, 7-12).

Il serait ensuite partit annoncer l'Evangile aux Scythes (notamment en Asie Mineure) et il serait mort très vieux à Hiérapolis, alors en Phrygie (au jourd'hui, Pamukkale, à l'Est d'Izmir): selon Eusèbe de Césarée c'est là que se rouvait son tombeau. Selon deux traditions différentes, il serait soit mort de mort naturelle ou bien martyr, lapidé puis crucifié.

Un Galiléen, parent de Jésus

Jacques, dit le "Mineur", fils d'Alphée et frère de Jude, était un Galiléen de Nazareth, parent de Jésus. Il fut le premier évêque de Jérusalem, selon la volonté du Christ, dit saint Jérôme. Selon saint Paul, il a bénéficié d'une apparition du Christ ressuscité (1 Co 15, 7): Clément d'Alexandrie explique que le don de science lui a alors été communiqué.

Son prestige et son autorité se reflète par exemple dans le fait que Pierre veut que l'on annonce d'abord à Jacques sa libération (Ac 12, 12-17) ; Paul lui rend compte de son enseignement (Ga 1, 19 et 2, 9) ; lors du "concile de Jérusalem", il règle ce qui doit être observé en cas de conversion de païens (Ac 15); lors de son dernier voyage à Jérusalem, Paul lui rend compte de sa mission (Ac 21, 18-19). On lui doit sa fameuse "épître". Selon l'historien juif Flavius Joseph, il serait mort martyr après avoir été précipité du temple et lapidé, puis achevé d'un coup de bâton de foulon.

« Il a toujours conservé sa virginité et sa pureté entière. Nazaréen, c'est-à-dire consacré à Dieu dès sa naissance, il ne coupa jamais ses cheveux ni sa barbe, n'usa ni de vin, ni bains, ni d'huile pour oindre ses membres, ne porta point de sandales, n'usa pour ses vêtements que du lin. Ses prostrations à terre dans la prière étaient si fréquentes que la peau de ses genoux s'était endurcie comme celle du chameau. Son éminente sainteté lui valut le surnom de Juste par excellence », rapporte Hégésippe et les historiens qui l'ont suivi.

Les communautés catholiques hébréophones de Terre-Sainte sont placées sont la protection du premier évêque de la Ville sainte, dans le vicariat Saint-Jacques du patriarcat de Jérusalem.