Fête du Sacré-Cœur et Journée pour la sanctification des prêtres

Par Mgr Ternyak

| 1047 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 18 juin 2004 (ZENIT.org) – La fête liturgique du Sacré-Cœur correspond aussi à la Journée mondiale pour la sanctification des prêtres instituée à cette date par Jean-Paul II. Une occasion pour rappeler qu’une rencontre mondiale sacerdotale est organisée en octobre prochain à Malte par la congrégation romaine pour le Clergé (www.clerus.org) sur le thème : "Les prêtres, forgeurs de saints pour le nouveau millénaire".



Mgr Csaba Ternyak, secrétaire de la congrégation explique aujourd’hui au micro de Radio Vatican les "défis" que rencontrent les prêtres : "Selon moi, il y a deux principaux défis rencontrés par le prêtre sur son chemin de sanctification : au niveau personnel et dans sa relation au monde. Au niveau personnel, il s’agit des limites de toujours : nos faiblesses, les fragilités, l’aridité qui souvent envahit le cœur humain, des problèmes que du reste rencontrent les chrétiens de tous les temps. En second lieu, la sécularisation, ou, mieux, un monde qui semble vouloir vivre comme si Dieu n’existait pas, me semble être un sérieux obstacle pour la sanctification du prêtre. Hélas, le monde à évangéliser repousse avec trop de facilité le message que le prêtre lui apporte, et cela peut conduire le prêtre à un découragement humainement compréhensible".

Le prêtre d’aujourd’hui, continuait Mgr Ternyak est "le prêtre de toujours" : "Plein de sollicitude pastorale pour tous les hommes, dans une dimension toujours plus universelle, et missionnaire, qui est la mission d’amour du Verbe incarné, avec les difficultés dont nous venons de parler. Je le vois engagé sans limite de temps, justement parce que les engagements pastoraux croissent sans mesure dans une réalité sociale en continuelle évolution. A cela nous devons ajouter que l’augmentation des activités ne correspond pas toujours à une augmentation des forces numériques des prêtres".

Au milieu de ses activités cependant, il y a des choses auxquelles le prêtre ne peut renoncer, souligne Mgr Ternyak : "Le prêtre ne doit jamais renoncer à sa vie intérieure, à la prière, à la pratique des sacrements et spécialement à l’Eucharistie, où il puisera la force de la charité du Christ. C’est pour cela que notre cardinal préfet, Castrillón Hoyos, dans sa lettre aux prêtres a voulu souligner ces aspects dès le titre : "L’Eucharistie, source de sainteté dans le ministère sacerdotal", ce qui rappelle les paroles du saint-Père dans Ecclesia de Eucharistia : "Tout engagement de sainteté (…), toute mise en œuvre des plans pastoraux doit puiser la force nécessaire du mystère eucharistique et s’y ordonner comme à son sommet".

Mais qui est aujourd’hui le prêtre pour les gens ? "Pour les gens, répond Mgr Ternyak, pour le peuple, le prêtre est l’homme de Dieu, est l’homme qui rappelle la transcendance, en un mot il est l’homme du Mystère. Les personnes, aujourd’hui encore, veulent voir dans le prêtre le visage du Christ ; le "serviteur de la joie des hommes", celui qui participe à leurs joies et à leurs espérances, leurs angoisses et leurs tristesses. Ils veulent un prêtre non seulement annonceur, mais témoin, qui approche avec tendresse et panse les plaies de l’homme. Je voudrais évoquer les si nombreux prêtres qui agissent pour soulager les misères humaines présentes dans le monde".

Pour ce qui est de l’expression "in persona Christi", Mgr Ternyak explique : "Jésus est retourné vers le Père mais il a voulu continuer à rester au milieu de nous, à travers son Eglise. L’Eglise est la face visible du Christ. Je voudrais rappeler qu’il n’existe pas d’Eglise anonyme, il y a l’Eglise, parce que, par volonté expresse du Christ, elle a été confiée aux Apôtres qui, avec les prêtres, rendent le Christ agissant et vivant en tout lieu, à toute époque : ce sont les prêtres qui rendent le Christ contemporain de chaque époque et de toute situation existentielle".

Enfin, Mgr Ternyak mentionne le rassemblement de Malte en disant: "Nous voulons fortifier les prêtres sur leur chemin de sanctification, faire comprendre qu’en dépit de la tribulation, c’est une aventure fascinante pour arriver à la sainteté. Le congrès sera pour tous les prêtres une occasion privilégiée de faire l’expérience de la communion et de retrouver l’élan de la mission qui nous a été confiée par le Christ".