Fête du Sacré Coeur : Le Curé d’Ars, devient le saint patron de tous les prêtres

Une circonstance extraordinaire, des gestes extraordinaires

| 4267 clics

ROME, Jeudi 10 juin 2010 (ZENIT.org) - Une tapisserie représentant le saint curé d'Ars sera tendue à la loggia des bénédictions de la basilique Saint-Pierre demain matin, 11 juin, pour la messe de la solennité du Sacré Cœur qui conclura à Rome l'Année sacerdotale. Les prêtres renouvelleront leurs promesses sacerdotales. Le pape consacrera les prêtres du monde à nouveau au Cœur Immaculé de Marie.

Le pape Benoît XVI proclamera en effet saint Jean-Marie Vianney saint patron non plus seulement des curés du monde, mais de tous les prêtres.

Le pape célébrera la messe en utilisant un calice conservé à Ars et qui a appartenu à saint Jean-Marie Vianney.

Le curé d'Ars disait que « le sacerdoce c'est l'amour du Cœur de Jésus » : c'est en la solennité du Sacré Cœur, le 19 juin 2009 que l'Année sacerdotale a été ouverte, à l'occasion du 150e anniversaire de la naissance au ciel du saint curé, et elle se conclut également en cette solennité du Sacré Cœur 2010.

Justement, pour rappeler que le sang et l'eau ont jailli du Côté transpercé de Jésus, le rite pénitentiel sera le rite de l'aspersion, accompli par le pape et quatre cardinaux au début de la célébration.

Ce geste rappelle aussi le besoin de purification sur laquelle Benoît XVI a insisté à plusieurs reprises en cette Année sacerdotale.

Plus de 15.000 concélébrants participeront à cette eucharistie solennelle autour de Benoît XVI : jamais une messe n'a rassemblé auparavant autant de concélébrants, c'est une circonstance historique.

Des dizaines de milliers de fidèles participeront à la messe sur le parvis de la basilique vaticane : 400 prêtres et diacres leur distribueront la communion.

La préparation de la célébration commencera dès 9 h 10 et jusqu'à 9 h 40, pour créer un climat de recueillement et de prière avant la messe. Des avis donnés en différentes langues auront le même objectif de faciliter la prière et la dignité de la célébration.

Le pape Benoît XVI arrivera en voiture panoramique, la fameuse « papamobile », et s'unira à la procession des cardinaux concélébrants. Il repartira aussi en voiture, ce qui lui permettra de saluer la foule.

Après l'homélie de Benoît XVI, les prêtres renouvelleront leurs promesses sacerdotales, comme cela se fait lors de la messe chrismale, à Rome, le Jeudi Saint.

Avant la bénédiction finale, Benoît XVI renouvellera la consécration des prêtres du monde au Cœur Immaculé de Marie, comme il l'a fait le 12 mai dernier à Fatima, devant l'icône de « Marie salut du Peuple romain », si importante pour Rome.

Le service liturgique sera assuré, étant donné leur charisme, par les séminaristes des Rogationnistes du Sacré-Cœur, fondés, pour l'apostolat de la jeunesse et les vocations, par un prêtre de Messine, le bienheureux Annibale Di Francia (1851-1927), en qui le pape Jean-Paul II, qui l'a béatifié en 1990, voyait un « authentique pionnier et maître zélé de la pastorale moderne des vocations ». Il est fêté le 1er juin.

« C'est toute l'Église, a écrit le fondateur, qui officiellement doit prier à cette fin, car la mission de la prière pour obtenir les bons ouvriers est telle qu'elle doit intéresser vivement chaque fidèle, chaque chrétien qui a à cœur le bien de toutes les âmes, mais de façon particulière les évêques, les pasteurs du troupeau mystique auxquels sont confiées les âmes et qui sont les apôtres vivants de Jésus-Christ ».

La Journée mondiale de prière pour les vocations, instituée par Paul VI en 1964 et célébrée chaque année, peut être considérée comme la réponse de l'Église à cette intuition.

Anita S. Bourdin