FIAMC : On n'affronte pas l'homosexualité avec des médicaments

Les médecins catholiques réaffirment l’importance d’une assistance

| 1289 clics

ROME, Jeudi 9 juin 2011 (ZENIT.org) – L’homosexualité est une condition que l’on peut prévenir, changer, grâce à une assistance personnalisée ou un accompagnement de groupe, mais qui ne saurait être affrontée avec des médicaments, a déclaré à ZENIT, Josep Maria Simon, président de la Fédération internationale des associations de médecins catholiques (FIAMC).

Les déclarations de Josep Maria Simon répondent à certaines informations apparues ces derniers jours dans des journaux européens, selon lesquelles une association qui se proclame « association de médecins catholiques allemands » (de Munich), dirigée par Gero Winkelmann, soignerait l’homosexualité par l'homéopathie et d'autres éléments.

Le président de la FIAMC explique que cette association n’est pas l’association des médecins catholiques allemands et qu’elle ne fait pas partie de la FIAMC. En outre, celle-ci ne reflète pas l’opinion de la fédération sur l’homosexualité, expliquée dans le document « Homosexualité et espérance » (pour le texte original en anglais, cf. Zenit 18, 20 avril 2003).

Josep Maria Simon note que beaucoup d’homosexuels sont l'objet de dépendances et d'anxiété et que, dans ce cas, il est possible de les aider avec des médicaments. Mais pour gérer l’homosexualité, ajoute-t-il, il faut associer l'assistance médicale à une pastorale de la personne homosexuelle.

Le président de la FIAMC reconnaît la difficulté d’affronter ces sujets publiquement. Il réaffirme le profond respect des enseignements de l'Église à l'égard des homosexuels, sans toutefois en accepter la pratique.

La déclaration de l’association médicale catholique des Etats-Unis, « homosexualité et espérance », contredit le mythe selon lequel l’attraction homosexuelle est génétiquement prédéterminée et impossible à modifier.

Le chercheur en psychiatrie de l’université de Columbia, Robert Spitzer, qui a participé personnellement à la décision de 1973 de retirer l’homosexualité de la liste des troubles mentaux de l’association psychiatrique américaine, a reconnu, après des décennies, la possibilité qu’une personne homosexuelle modifie son penchant.

Le document « homosexualité et espérance » affirme qu’avec l’aide puissante de la grâce, le soutien de la communauté et un thérapeute expérimenté, un individu décidé devrait être capable d’atteindre la liberté intérieure que le Christ a promise.

Thérapeutes et experts, affirme le document, peuvent aider les sujets à découvrir les causes profondes des traumatismes émotifs qui sont à l’origine de l’attraction pour le même sexe.