Fin du Ramadan : appel aux jeunes musulmans et chrétiens

Message du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux

| 1327 clics

Anne Kurian

ROME, dimanche 19 août 2012 (ZENIT.org) – Que les jeunes musulmans et chrétiens soient « d’authentiques hérauts de justice et de paix » : c’est l’invitation que leur adresse le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Le dicastère envoie en effet ses vœux aux musulmans, à l’occasion de la fin du Ramadan, célébrée dans différents pays - notamment en France - ce 19 août 2012, avec la fête de ‘Id al-Fitr.

Le message, signé du cardinal Jean-Louis Tauran, président du dicastère et de Mgr Pier Luigi Celata, secrétaire, livre une réflexion sur l’éducation des jeunes chrétiens et musulmans à la justice et à la paix (cf. documents pour le texte intégral).

Appel aux jeunes

Même si l’éducation est tout d’abord « l’œuvre des parents et, avec eux, des familles, des écoles et des universités », ainsi que « des responsables de la vie religieuse, culturelle, sociale, économique et du monde de la communication », cependant « les jeunes sont eux aussi responsables de leur propre éducation comme de leur formation à la justice et à la paix », estime le dicastère.

C’est pourquoi il encourage les jeunes musulmans et chrétiens à « toujours cultiver la vérité et la liberté », pour être « d’authentiques hérauts de justice et de paix » et pour être « des bâtisseurs d’une culture qui respecte les droits et la dignité de chaque citoyen ».

Pour y parvenir, les jeunes doivent faire preuve de « patience et ténacité » et ils ne doivent « jamais recourir à des compromis douteux, à des raccourcis trompeurs ou à des moyens peu respectueux de la personne humaine », poursuit le message.

En effet « seuls des hommes et des femmes sincèrement convaincus de ces exigences pourront construire des sociétés où la justice et la paix deviendront réalité », insiste-t-il.

Appel aux éducateurs

Aujourd’hui, souligne le dicastère, l’éducation des jeunes à la paix est « urgente » : la paix ne se limite pas "à une absence de guerre, ni à l’équilibre des forces adverses", mais elle est "à la fois don de Dieu et œuvre humaine, à construire sans cesse".

Pour le dicastère, la paix « est un fruit de la justice et un effet de la charité ».

Pour pratiquer la charité, il invite les croyants à être « toujours actifs au sein des communautés dont ils sont membres », notamment au moyen de « la compassion, la solidarité, la collaboration et la fraternité ».

La justice quant à elle ne doit pas être « réduite à sa dimension commutative et distributive » car elle est « déterminée avant tout par l’identité de la personne humaine, considérée dans son intégralité », ajoute le message.

Pour les croyants, conclut-il, la justice « a son origine dans le fait que tous les hommes sont créés par Dieu et sont appelés à former une seule et même famille ». Cette vision des choses n’est pas sans interpeler aussi « tous les hommes et les femmes de bonne volonté », permettant de « conjuguer harmonieusement droits et devoirs ».