Finlande: luthériens et catholiques ensemble pour le renouveau

Intervention de l'évêque luthérien Simo Peura

| 1286 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 10 octobre 2012 (ZENIT.org) – Luthériens et catholiques marchent ensemble sur le chemin du renouveau, a dit en substance l’évêque luthérien Simo Peura.

Le 9 octobre au matin, au cours de la troisième congrégation générale du synode des évêques, ont eu lieu les premières interventions d’auditeurs. Mgr Simo Peura, membre de la Fédération mondiale luthérienne et évêque de Lapua en Finlande, a pris la parole en tant que délégué fraternel.

Ensemble pour le renouveau

Remerciant pour ce « chemin » où luthériens et catholiques peuvent trouver « ensemble la joie de croire », l’évêque a estimé que « le thème du synode, l’évangélisation, est crucial pour l’ensemble des églises chrétiennes » : les églises luthériennes aussi, a-t-il expliqué, reconnaissent leur « besoin de renouveau », leur « soif » d’une vie « spirituelle fraîche » et d’une « nouvelle vigueur de la foi ».

De même que le Concile Vatican II a « donné différentes impulsions aux autres églises », l’évêque luthérien a confié qu’il attendait « quelque chose de semblable de la part du synode », désirant en particulier qu’il puisse offrir « de nouvelles incitations et de nouvelles directions pour le renouveau du christianisme ».

Il s’est dit « très reconnaissant » du fait que « les chrétiens catholiques et luthériens ont atteint un tel consensus qu’ils n’ont plus à se condamner les uns les autres ». Pour Mgr Simo Peura, la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification (1999) aide à « donner un témoignage commun ».

L’enjeu est que « le monde puisse croire » et que les chrétiens soient « crédibles dans leur suite du Christ ». « Augmente en nous la foi » (Lc 17, 5) est « la prière commune » des chrétiens, a ajouté l’évêque.

Parler en faveur du baptême

Revenant sur le document de travail du synode, il a exprimé sa satisfaction qu’il mette « fortement l’accent sur la lectio divina et l’écoute de la Parole de Dieu ».

Il a fait observer son insistance sur « l’unité de la foi et de l’amour », pour pouvoir évangéliser le monde : « foi et charité s’exigent réciproquement, de sorte que l’une soutient l’autre ».

La foi chrétienne, a-t-il rappelé « est une rencontre entre un être humain et Jésus Christ ». C’est pourquoi l’Eglise doit « créer des possibilités » pour que l’évangélisation soit « une rencontre de personnes ».

L’évêque a également appelé au « défi de témoigner du baptême comme fondement ferme de la vie chrétienne », car « ce sont le baptême et la foi qui nous unissent au Christ et à l’Église ». Pour lui, c’est la « tâche commune » de toutes les Eglises « de parler en faveur du baptême des nouveau-nés et d’encourager les parents lorsqu’ils hésitent ».

Un programme de catéchèse de base

Evoquant par ailleurs le Catéchisme de l’Église catholique, publié il y a 20 ans, l’évêque a suggéré « d’élaborer un programme de catéchèse « de base » et capable de transmettre pleinement les principaux éléments de la foi ».

Martin Luther a créé en ce sens le Petit et le Grand Catéchisme, où « les principaux éléments de la foi chrétienne sont expliqués d’une façon brève mais complète », a-t-il expliqué, précisant que les luthériens l’ont conservé tout en le mettant à jour, et sont invités à l’« apprendre par cœur ».

D’un point de vue luthérien, a-t-il souligné aussi, la mission inclut « le témoignage du Christ comme diakonia et soutien de la justice ».

« Seule une église missionnaire sera aussi une église vivante à l’avenir », a-t-il conclu avant de souhaiter la « bénédition » divine de la part de la Fédération mondiale luthérienne.

Des liens cordiaux

Les liens sont particulièrement cordiaux avec les Luthériens de Finlande, dont une délégation se rend en visite au Vatican chaque année pour la fête de saint Henri.

« Que notre profonde amitié et notre témoignage commun des enseignements du Christ  puissent accélérer les progrès en vue d’une résolution des différences qui restent », notamment dans le domaine éthique, a souhaité Benoît XVI en recevant une délégation finlandaise, le 19 janvier 2012, au Vatican, au cours de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens. 

La délégation œcuménique finlandaise se composait de Mgr Teemu Sippo, évêque catholique d'Helsinki, et du Rév. Seppo Hakkinen, évêque luthérien de Mikkeli.

Un autre évêque luthérien, d'Helsinki, le révérend Eero Huovinen, a participé au congrès eucharistique de Bari, en mai 2005.