Football: "Je suis convaincu que cette victoire est un Don de Notre Seigneur"

Ronaldo et l'équipe brésilienne témoignent publiquement de leur foi

| 952 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 1er juillet 2002 (ZENIT.org ) - "Je suis convaincu que cette victoire est un Don de Notre Seigneur" dit Ronaldo, dont les deux buts ont fait remporter hier une cinquième coupe du monde de football au Brésil.



Ronaldo, qu'un quotidien italien appelle "Ronald'oro" (Ronald'or), fait en effet la une des quotidiens de la péninsule, qui notent la manifestation publique de foi et de prière de l'équipe brésilienne. Les italiens aiment particulièrement les joueurs brésiliens qu'ils connaissent bien parce qu'ils ont joué ou jouent encore dans des clubs italiens: Ronaldo, Cafu, Junior, Amarildo...

Le Corriere della Sera met à la une ce commentaire de Ronaldo, "Je dois tout à Dieu et à mon kiné". Et dans un article intitulé "Le sanctuaire de Yokohama" le Corriere souligne la stupeur des spectateurs japonais au stade de Yokohama lorsque l'équipe du Brésil s'est mise à prier à genou, devant les 70.000 spectateurs et en mondovision. "Un geste d'autant plus important, commente le cardinal Ersilio Tonini, parce qu'il a eu lieu dans un milieu où triomphent la jalousie, l'argent et la méchanceté". Les stades ont souvent été théâtre de violences, pas vraiment de prières.

En page 35, consacrée à la finale de la Coupe du monde qui a opposé le Brésil et l'Allemagne, le Corriere a choisi comme photo l'équipe des joueurs, vert et or, des techniciens et des dirigeants brésiliens faisant un cercle, main dans la main, et en prière sur la pelouse du stade de Yokohama pour remercier longuement Dieu de la victoire accordée.

Le maillot de "Junior" arbore l'inscription: "100% Jésus". Edmilson porte un maillot où on lit: "J'aime Jésus". Avec Lucio et Kakà, ils sont les premiers à s'agenouiller après le triomphe. Kakà est évangéliste. Le message de son répondeur téléphonique est: "Ici Ricardo. Parlez après le bip sonore. Que le Seigneur vous bénisse".

A dix-huit ans, il a fait une mauvaise chute dans une psicine. Il aurait dû en sortir tétraplégique. Il s'en est sorti. Depuis, il explique à tous l'importance de la présence de Dieu.

Jorghino s'est converti parce que son frère, alcoolique, est rentré un jour chez eux en disant qu'il avait vu le Christ et il a arrêté de boire immédiatement et durablement. Depuis, Jorghino est apôtre.

Amarildo avait l'habitude de faire cadeau d'une Bible aux adversaires avant chaque match. Il existe en effet une association, "les athlètes du Christ" où les champions s'engagent à diffuser la Bible. C'est ce que font en tennis, Michael Chang, et en football, Ze Maria, Amaral, Junior, Marco Aurelio, Taffarel (gardien de but brésilien champion du monde en 1994), l'Américain N'ba Robinson, le boxeur Holyfield et l'ex-pilote de Formule 1, de Ribeiro. Antonio Chamot, qui joue dans le club de Milan a offert une Bible à tous ses compagnons. Buffon, célèbre gardien de but italien avait témoigné au Vatican pendant le Jubilé.

Presque tous les joueurs sont allés se confier à la Vierge Marie avec leurs familles au sanctuaire de Notre Dame "Aparecida", le Lourdes brésilien.

Ils ont publiquement dit merci en s'agenouillant au "sanctuaire de Yokohama", faisant lever le regard de tous de la pelouse vers le ciel.

Le Brésil est le plus grand pays catholique du monde avec 170 millions d'habitants en grande majorité catholique. La communauté catholique du Japon, où la finale a eu lieu, représente moins d'un pour cent de la population.