Football : L’Eglise sud-africaine se prépare à la coupe du monde

Plusieurs initiatives d’accueil sont lancées

| 2191 clics


ROME, Jeudi 3 septembre 2009 (ZENIT.org) - L'Eglise catholique sud-africaine entend « contribuer à sa manière » au succès de la coupe du monde de football qui se jouera dans le pays en juin-juillet 2010. 

Aussi a-t-elle lancé la campagne « Church on the ball », exhortant tous les diocèses du pays à investir dans des initiatives centrées sur l'accueil des visiteurs étrangers et la pastorale du sport (www.churchontheball.com). 

Une de ces initiatives est la participation à une conférence du ministère du sport en juin dernier, au cours de laquelle les responsables de l'Eglise ont présenté leurs projets d'évangélisation du sport. 

Pour les évêques sud-africains, la coupe du monde de football, « est l'occasion de montrer la vitalité du catholicisme africain ». Ils invitent donc les communautés à se rendre disponibles pour accueillir les groupes qui visiteront le pays l'été prochain. 

D'après un des responsables de la campagne, Toni Rowland (de la délégation Famille et vie de la conférence épiscopale), le foot est considéré comme « le sport le plus populaire d'Afrique du Sud, pour beaucoup plus qu'un sport, voire une religion ou un style de vie » . 

« Il est indéniable que la coupe du monde 2010 de football aura un grand impact sur la société sud-africaine sous plusieurs aspects et pas seulement au niveau économique », souligne-t-il. « Il serait dommage qu'elle n'implique que le monde séculier, les médias, les agences touristiques ». 

Toni Rowland explique que la conférence épiscopale a tenu compte des initiatives lancées par les évêques allemands lors de la coupe du monde 2006, concernant surtout le service religieux, les activités pastorales et les relations œcuméniques. 

Il espère que cet événement servira par ailleurs à « unir les familles » autour des matchs, et qu'il ne se limitera pas à des réunions entre hommes dans les pubs. 

« Les jeunes et les hommes adultes qui sont, en général, moins impliqués dans les activités de leurs paroisses, pourraient s'étonner de voir leur Eglise intéressée à quelque chose de séculier, et il faut s'attendre à ce que cela les encourage à participer à l'hospitalité et à quelque forme d'assistance pastorale ». 

Prostitution

Mais l'Eglise fait part aussi de son inquiétude quant aux effets négatifs que cette coupe du monde pourrait avoir concernant certains phénomènes comme la drogue ou la prostitution. 

Des congrégations religieuses et autres groupes ont maintes fois mis en garde contre une forte augmentation de la traite de personnes, touchant principalement les femmes et les enfants, qui se vérifie généralement durant les événements sportifs. 

Sœur Mélanie O'Connor, experte sur ce sujet, l'a rappelé dans divers forums, soulignant que le sud de l'Afrique souffrait de ce problème depuis des années. 

Pour elle, le risque concerne surtout les enfants, d'autant que les écoles du pays seront fermées durant la coupe du monde : « pauvreté, chômage et manque d'opportunités sont les problèmes qui alimentent le moteur du trafic d'êtres humains » . 

L'augmentation du tourisme pourrait favoriser l'exploitation des enfants pour la prostitution, le trafic de drogues et le « merchandising » sportif, a-t-elle mis en garde. 

Inma Álvarez