Football : peut-on interdire la ferveur religieuse dans les stades ?

La Fondation Jean-Paul II pour le sport et l’avertissement de la FIFA aux brésiliens

| 2687 clics


ROME, Lundi 13 juillet 2009 (ZENIT.org). - « Epurer le sport des valeurs éthiques que la foi chrétienne et l'Eglise catholique répandent  depuis des siècles est une erreur », déclare le président de la Fondation Jean-Paul II pour le sport, Edio Costantini, après le « sévère avertissement » adressé aux brésiliens quant à leur manière « d'exprimer leur foi religieuse sur les stades ». 

Tout est parti, selon le quotidien italien Avvenire, d'une plainte du président de la fédération danoise de football, Jim Stjerne Hansen, qui n'aurait pas apprécié la joie teintée d'une grande ferveur religieuse exprimée par les joueurs brésiliens après leur victoire sur les Etats-Unis en finale de la Coupe intercontinentale 2009 en Afrique du Sud. 

Pour la Fédération danoise, « l'expression de ferveur religieuse des Brésiliens a duré trop longtemps », et crée une « confusion entre la religion et le sport ». Ceci « est inacceptable », a déclaré publiquement son président, saisissant alors le Fédération internationale de football, la FIFA. 

La FIFA, rapporte l'Avvenire, aurait alors demandé aux brésiliens, selon divers médias, « de modérer quelque peu » leur comportement et promis d'interdire toute expression religieuse au cours des prochains mondiaux de football en 2010. 

Dans une prise de position contre Joseph Blatter, président de la FIFA, le président de la Fondation Jean-Paul II pour le sport a défendu l'expression des gestes religieux dans le football, estimant que « la disparition progressive des valeurs éthiques et religieuses est responsable de la dérive morale dont le football, et le sport en général, sont désormais victimes ». 

«Violence, doping et racisme sont les effets délétères du sport ‘laïciste' » estime la Fondation Jean-Paul II pour le sport . 

Née en 2008, la Fondation, qui collabore avec la « Section Eglise et sport » du Conseil pontifical pour les laïcs et le Bureau national pour la pastorale du temps libre, du tourisme et du sport de la Conférence épiscopale italienne (CEI), a pour objectif « d'éduquer aux valeurs de la personne transmises par l'Evangile, à travers le sport ». 

Suivant le magistère des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI, la Fondation est convaincue que « seule une révolution par le bas, qui reparte des orateurs comme lieux d'éducation capables de former des athlètes et des hommes complets, saura rendre au football sa vraie signification, cette signification que la violence, le racisme et l'argent menacent de lui retirer ». 

Sa première grande initiative a eu lieu en lien avec l'Année Saint-Paul : une course marathon entre Bethléem et la place Saint-Pierre à Rome, du 23 avril au 27 mai 2009, dont le slogan était : « Courir sur les traces de saint Paul ». 

Isabelle Cousturié