Formation on-line : l'université Grégorienne est en pointe

| 2593 clics

ROME, Vendredi 17 juin 2011 (ZENIT.org) – Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, a rencontré ce jeudi après-midi des évêques et des étudiants guatémaltèques et boliviens de l'Université Grégorienne de Rome. Le lieu de la rencontre était cependant assez inhabituel : le réseau internet. La discussion s'est en effet tenue dans le cadre d'une web-conférence organisée par le Centre Interdisciplinaire de Communications Sociales (CICS) de l'Université pontificale, dont les étudiants, bien qu'étant dans leur pays respectifs, font partie intégrante.

Mgr Celli, entouré du recteur de l'université, le père François-Xavier Dumortier s.j., et du directeur du CICS, le père Augustine Savarimuthu s.j., a discuté avec les étudiants sud-américains du message du pape pour la 45ème journée mondiale des Communications Sociales, « Vérité, annonce et authenticité de vie à l'ère numérique ». Cette rencontre clôturait le second cycle de formation on-line organisé pour la Bolivie et le Guatemala.

Depuis 2007, l'Université pontificale Grégorienne de Rome, confiée à la Compagnie de Jésus, propose une formation on-line à travers des cours dispensés en vidéo-conférence par internet. Cette nouvelle manière d'enseigner utilise les progrès techniques au service de ceux qui sont le plus loin et qui ne peuvent se déplacer pour suivre des cours dans les universités de leur pays ou à l'étranger. La formation n'a lieu, pour l'instant, qu'en espagnol et pour des pays d'Amérique du Sud.

Les dix cours du programme sont dispensés par les professeurs de l'université Grégorienne, et 423 personnes en ont bénéficié jusqu'à présent. Sur les 96 étudiants inscrits pour cette session bolivo-guatémaltèque, 85 ont été jusqu'au bout du parcours. Ils ont été évalués sur des devoirs qu'ils ont rendus, mais également sur leur participation lors des cours (à travers les questions qu'ils posent...), sur leur engagement lors des travaux de groupe, et sur des productions pratiques lors d'exercices en ligne. En outre, il existe quelques rencontres de ces étudiants lors de congrès organisés spécialement pour eux dans leur pays, afin qu'il partagent leurs expériences, leurs pratiques ou leurs problèmes.

Comme l'explique Ary Waldir Ramos Diaz, coordinateur du programme de formation à distance du CICS, il s'agit durant ces rencontres locales de passer d'une « communauté virtuelle à une communauté réelle ». Un argument que Mgr Celli met lui aussi en avant, en expliquant que tout l'enseignement ne doit pas venir de Rome, et qu'à « un cours fait par internet doivent succéder des sessions sur place, pour inculturer ces connaissances dans la culture locale ». Le père Dumortier, recteur magnifique de l'Université Grégorienne, a indiqué quant à lui dans le mot d'ouverture de cette rencontre, qu'il espérait que certains étudiants de ce programme viendraient à Rome, pour continuer ces études.

Dans la salle du Sénat de l'Université pontificale Grégorienne, où avait lieu la transmission pour l'université romaine, les participants faisaient face à un écran géant où l'on voyait les vidéos en direct du Guatemala, de Bolivie. Suite aux diverses interventions, les applaudissements fusaient de part et d'autre de la terre (avec un décalage pour ceux qui venait de l'autre bout du monde). Deux évêques, Mgr Oscar Aparicio Céspedes, évêque auxiliaire de La Paz, en Bolivie, et Mgr Alvaro Ramazzimi, président de la Commission des Communications Sociales de la Conférence épiscopale du Guatemala, avaient rejoint quelques étudiants pour cette rencontre finale, durant laquelle ils ont exprimé l'intérêt de cette méthode d'enseignement.

Pour Mgr Celli, cette démarche novatrice de l'Université Grégorienne est sage, car il faut utiliser « des nouvelles technologies pour préparer des jeunes à la tâche de la communication. Il faut en profiter. On peut échanger, dialoguer, c'est une bonne idée de l'Université Grégorienne de prévoir ça, c'est positif ».

P. Stéphane Lemessin