France : "Bébés-médicaments", "la ligne rouge franchie", protestent les AFC

Adoption du projet de loi de bioéthique par l'Assemblée Nationale

| 512 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 16 Décembre 2003 (ZENIT.org) – "Parce que les Associations Familiales Catholiques sont pour la vie, elles ne peuvent admettre que certaines vies aient moins de valeur que d'autres", indique ce communiqué la Confédération nationale des Associations familiales catholiques (AFC) au lendemain de l’adoption du projet de loi de bioéthique par l'Assemblée Nationale.



"Bébés-médicaments", clonage d’embryons humains : en matière de bioéthique, "la ligne rouge franchie !" dénonce le communiqué:

"La Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques manifeste son indignation à l'issue de l'adoption en seconde lecture du projet de loi de bioéthique par l'Assemblée Nationale.

"Le texte voté entérine le principe de création de ce que l'on appelle les "bébés-médicaments", dans le cas de couple ayant un enfant né atteint d'une maladie génétique incurable. Les couples concernés seront invités à produire des embryons ; parmi eux, celui qui ne sera pas atteint par la maladie, et qui sera compatible avec l'enfant né, sera sélectionné, et pourra être utilisé pour sauver l'enfant malade.

"Parce que les Associations Familiales Catholiques sont pour la vie, elles ne peuvent admettre que certaines vies aient moins de valeur que d'autres. Elles ne peuvent cautionner le principe selon lequel un embryon pourrait servir de matériau de rechange. Elles s'opposent à la création d'embryons à des fins de recherche.

"Les AFC réaffirment également leur opposition à toutes formes de clonage embryonnaire.

"En revanche, s'appuyant sur les positions de nombreux scientifiques, les AFC appellent au déblocage de moyens financiers en faveur de la recherche sur les cellules souches adultes, comme alternative à la recherche embryonnaire.

"C'est ce message qu'elles adresseront aux Sénateurs avant qu'ils ne soient saisis du texte en seconde lecture".