France : Décès de l’archevêque émérite d’Avignon

Mgr Raymond Bouchex

| 2134 clics

ROME, Mercredi 12 mai 2010 (ZENIT.org) - Mgr Raymond Bouchex, archevêque émérite d'Avignon, est décédé le dimanche 9 mai dans sa 83e année, a annoncé la Conférence des évêques de France dans un communiqué.

La célébration des obsèques a été présidée ce mercredi par Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, en la métropole Notre-Dame des Doms à Avignon. L'homélie a quant à elle été prononcée par le cardinal Panafieu, archevêque émérite de Marseille.

Né en 1927 en Haute-Savoie, Mgr Bouchex fut prêtre pour le diocèse d'Annecy en 1950, évêque auxiliaire d'Aix-en-Provence en 1972 et archevêque d'Avignon de 1978 à 2002. Il a notamment coordonné, en 1973, les réflexions de l'Assemblée plénière de l'épiscopat français, à Lourdes : « Tous responsables dans l'Eglise ? », note Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France.

On retiendra également de lui ses interpellations réitérées au service du bien commun et de la solidarité : « Notre société est-elle, dans tous les domaines de la vie, éduquée et encouragée par ses responsables à faire passer les valeurs et la conscience avant les intérêts individualistes et catégoriels? ».

Pédagogue spirituel et auteur de nombreux ouvrages, Mgr Bouchex aimait dire : « En laissant Dieu exister pour nous, en lui donnant du temps, il nous fait entrer de plus en plus dans sa présence. Il nous fait connaître de mieux en mieux qui nous sommes : des êtres faits pour lui ».

Dans une ultime publication (Vivre Vatican II, Janvier 2010, édit. Parole et Silence), ce pasteur, docteur en théologie, écrit : « Vatican II est une grâce pour l'avenir de l'Eglise. Le pape Benoît XVI invite à le mettre en œuvre avec son véritable contenu, qui n'est pas de rupture avec le passé, mais de plus grande fidélité à la Tradition. Il est heureux que de plus en plus d'initiatives soient prises pour revenir au concile. Peut-être commençons-nous à comprendre en profondeur et à vivre ce que le concile a voulu pour le bien de l'Eglise et notre bien. Nous devons nous ouvrir à cette grâce! ».

Comment ne pas accueillir le testament de cet évêque retiré en octobre 2002 exerçant discrètement son apostolat auprès des personnes vulnérables sur le plan psychiatrique, ainsi que proche de communautés religieuses, affirme Mgr Podvin. Tel le grain qui meurt pour produire le fruit d'évangile !