France : « Entendre l’appel de la dignité », par Mgr d’Ornellas

Une introduction à la réflexion de l'assemblée de Lourdes

| 1364 clics

ROME, Mardi 2 novembre 2010 (ZENIT.org) - « Entendre l'appel à servir la dignité », c'est le titre de la réflexion de Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, qui « accompagne et coordonne depuis deux ans maintenant la réflexion de l'Eglise catholique en France, concernant le projet de loi relatif à la bioéthique », souligne aujourd'hui Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France.

Mgr Podvin signale ce « Point de vue » de  Mgr d'Ornellas publié dans le quotidien français « Ouest-France », de ce 2 novembre.

Il s'agit d'une « introduction à la réflexion de l'Assemblée plénière de Lourdes » : un « article remarquable quant à l'appel au service de la dignité. A méditer dans nos communautés », souligne Mgr Podvin (cf. Ci-dessous, Documents, pour le texte entier).

« Par ses choix en bioéthique, la France entendra-t-elle complètement l'appel de la dignité ? Elle peut encore une fois être au rendez-vous de l'histoire pour redire l'intangible dignité « de tout être humain dès le commencement de sa vie » », interroge Mgr d'Ornellas.

« La dignité humaine est un appel qui ne peut être étouffé. La protéger chez tous et en toutes circonstances est la vocation de nos lois. Elle est un cri quand justice et liberté sont bafouées. Elle demeure un appel puissant mais silencieux chez les plus vulnérables. Leur simple présence en est l'écho. Heureuse la société qui l'entend et qui, lui répondant, voit surgir d'elle-même des trésors de solidarité et de respect ! », écrit Mgr d'Ornellas.

« Entendre l'appel de la dignité, c'est promouvoir le consentement libre et éclairé (...). Entendre l'appel de la dignité, c'est mettre au centre l'intérêt de l'enfant à naître (...). Entendre l'appel de la dignité, c'est s'engager dans la recherche scientifique pour vaincre l'infertilité médicale, trouver des thérapies et guérir le handicap (...). Entendre l'appel de la dignité, c'est ne pas céder aux tentations auxquelles expose l'étonnant silence de l'embryon humain (...). »

Anita S. Bourdin