France : I-Stem, recherche sur les cellules souches embryonnaires

Inauguration par la ministre française

| 1587 clics

ROME, Mardi 25 septembre 2007 (ZENIT.org) – « I-Stem développe la recherche sur les cellules souches embryonnaires », titre aujourd’hui la synthèse de presse de la fondation Jérôme Lejeune (cf. www.genethique.org).



Le laboratoire Inserm-Université d'Evry/AFM, baptisé « I-Stem », qui a été inauguré le 11 septembre par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, a été mis en place dès la publication du décret de février 2005 autorisant l'importation de lignées de cellules souches embryonnaires humaines.

Marc Peschanski, directeur de I-Stem, souligne la participation de l'AFM dans ce projet : « Nous avons bénéficié d'un soutien de l'AFM de 3,4 millions d'euros sur 2 ans, ce qui a couvert la moitié de nos dépenses ». Son équipe a été accueillie dans les locaux de l'AFM-Généthon, sur le site d'Evry, de 2004 à 2007.

Selon la journaliste des Echos, « le conseil d'administration de l'AFM s'est engagé sur les prochaines années, sous réserve du succès du Téléthon annuel, à doubler le montant des financements publics décrochés par le projet ».

Le laboratoire I-Stem travaille sur les maladies monogéniques selon 3 axes : la culture et la constitution d'une banque de cellules souches embryonnaires, le criblage à haut débit de molécules et la recherche par domaines thérapeutiques.

« Autorisé en août 2006, notre accord avec le centre de dépistage préimplatatoire de Strasbourg, dirigé par Stéphane Viville, va nous permettre de construire une banque de cellules porteuses de mutations qui seront proposées aux équipes intéressées », annonce Marc Peschanski.

En 2008, le budget prévisionnel d'I-Stem sera de 7,2 millions d'euros et devrait atteindre 10 millions d'euros par an en 2011-2012. Marc Peschanski prévoit de permettre l'accès des industriels au pôle de criblage des molécules, pendant 20 % du temps. Cette activité contribuerait au financement du laboratoire et allégerait peu à peu la contribution de l'AFM.

© genethique.org

Source : Les Echos (Catherine Ducruet) 25/09/07