France: « Je ne crois pas que ce soit d’abord la laïcité qui soit en péril », affirme Mgr Ricard

Ouverture de la 37e Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France

| 496 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 4 novembre 2003 (ZENIT.org) – « Je ne crois pas que ce soit d’abord la laïcité qui soit en péril » affirme Mgr Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, président de la Conférence des évêques de France, qui a ouvert, ce mardi 4 novembre, à Lourdes, la 37eAssemblée plénière de la Conférence des évêques de France.



Dans son discours d’ouverture, Mgr Ricard a présenté les travaux de cette assemblée, comme l’indique un communiqué de la conférence des évêques (cf. www.cef.fr).

« Expérience de communion fraternelle », l’Assemblée plénière, réunie du 4 au 10 novembre à Lourdes, travaillera particulièrement sur le thème « L’Église catholique dans la France d’aujourd’hui. D’un siècle à l’autre : relations avec l’État, présence dans la société ».

À ce propos, Mgr Ricard a rappelé son analyse du débat actuel sur la laïcité et du rôle de l’Église catholique : « on a beaucoup parlé ces derniers temps de la laïcité en péril. Je ne crois pas que ce soit d’abord la laïcité qui soit aujourd’hui en péril. Ce qui est en péril, ou tout du moins en difficulté, c’est la volonté d’un vivre ensemble solidaire des Français […] Pour fonder cette solidarité sociale et nationale, il faut des valeurs symboliques fortes, une conception de l’homme et des relations humaines partagées par le plus grand nombre […] L’Église catholique tient à prendre part à ce travail collectif, non pas en jouant les suppléances ou en laissant réduire son rôle au seul gardiennage d’un patrimoine culturel, mais en témoignant du Salut apporté par le Christ […] La foi au Christ a une fécondité sociale. Toute l’histoire de l’Église dans notre pays est là pour le montrer.»

L’autre grand dossier travaillé au cours de cette Assemblée porte sur la réforme des structures de la Conférence des évêques. À ce propos, Mgr Ricard a indiqué que « nous ne pouvons vivre notre responsabilité d’évêques que si nous la portons ensemble », précisant que « ce travail sur les structures n’est pas une fin en soi. Il est au service de la mission qui nous est confiée. Je souhaite que le souffle apostolique qui anime notre Église catholique en France soit lisible jusque dans les structures d’organisation et de fonctionnement de notre Conférence.»

Dans son discours, le président de la Conférence a également évoqué la situation en Afrique, en Terre sainte, en Irak, soulignant que « parmi les nombreuses leçons à tirer de ces tragiques événements, l’une semble particulièrement nécessaire à rappeler, c’est qu’il importe, pour bâtir la paix, de ne pas mépriser le droit international ». Parlant des mouvements de migration dans le monde, il a rappelé l’action de nombreux chrétiens « pour que soit sauvegardé le droit de toute personne persécutée à trouver asile dans notre pays et pour que soient sauvegardés les droits des étrangers vivant parmi nous ».

Le texte intégral du discours d’ouverture de Mgr Jean-Pierre Ricard,
les informations concernant l’Assemblée plénière 2003, l’actualité et les propositions de l’Église catholique en France sont disponibles sur le domaine www.cef.fr. « cef.fr » est le portail et l’adresse de 400 sites de l’Église catholique en France.