France : L'accouchement « sous X » et le lien de filiation

Les grands-parents écartés ?

| 1988 clics

ROME, Mardi 29 avril 2008 (ZENIT.org) - Un tribunal français attire l'attention sur les conséquences de « l'accouchement sous X », indique « Gènéthique », la synthèse de presse de la Fondation Jérôme Lejeune.

Selon la Cour d'appel : « La volonté d'anonymat de la mère rend impossible l'établissement d'un lien de filiation dans la ligne maternelle ».

Ainsi, des parents, dont la fille s'est suicidée après avoir accouché « sous X », ne peuvent pas faire annuler l'adoption de leur petit-fils biologique.

A l'occasion de cette douloureuse affaire, le quotidien français « Le Monde » retrace l'histoire de l'accouchement « sous X » en France.

En 1793, un décret révolutionnaire disposait que « le secret le plus inviolable sera gardé sur tout ce qui concernera les femmes hébergées ».

Deux décennies plus tard, Napoléon créait, dans chaque département, des « tours » destinés à recueillir les « enfants trouvés ».

Puis les « tours » furent peu à peu remplacés par une politique d'aide aux mères célibataires (dans les années 1830, 30 000 enfants étaient abandonnés chaque année).

En 1939, des maisons maternelles furent mises en place pour accueillir les femmes qui souhaitaient accoucher dans le secret et, deux ans plus tard, cette politique devait s'étendre aux maternités publiques.

Bien que cette pratique se perpétue, certains militent pour un droit à la connaissance des origines.

Ainsi, en 2002, le gouvernement français créa le Conseil national pour l'accès aux origines personnelles (CNAOP) : les femmes peuvent accoucher « sous X » mais leurs enfants peuvent tenter de retrouver leur mère biologique via ce Conseil.

Actuellement, l'accouchement « sous X » concerne 500 enfants par an.

Parallèlement, entre 2002 et 2007, plus de 3 000 personnes ont fait appel au CNAOP : parmi elles, 685 (soit 23%) ont appris le nom de leur « mère de naissance ».

© genethique.org

Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse et dont les sources sont indiquées. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.

 

Source : Le Monde (Anne Chemin) 29/04/08