France: L´évêque, intendant de la Parole de Dieu, une tâche urgente

Intervention de Mme Anne-Marie Pelletier (Paris)

| 1250 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 8 octobre 2001 (ZENIT.org) - "A l´exemple des Pères de l´Eglise, rompre le pain de la Parole de Dieu", est une "tâche urgente" pour l´évêque en tant "qu´intendant de la parole de Dieu". Cette expression de "l´Instrument de travail" du synode, a été développée par une Française, Mme Anne-Marie Pelletier, professeur à l´ "Institut Catholique" de Paris et à l´ "Ecole-Cathédrale" de Paris, lors de l´assemblée générale de samedi matin, 6 octobre.



"Les paragraphes 14, 41 et 46 de l´Instrumentum Laboris soulignent fortement la responsabilité de l´évêque comme intendant de la Parole de Dieu. Cette charge prend actuellement un relief particulier et désigne une tâche urgente", affirme d´emblée Mme Pelletier dans la synthèse de sa communication au synode.

Mais de quel type de lecture disposent aujourd´hui les chrétiens? Mme Pelletier souligne "qu´un nombre croissant de chrétiens ouvre aujourd´hui les Ecritures sans avoir pour autant les moyens d´une lecture authentiquement chrétienne de celles-ci. Les uns, abordant le texte selon une problématique exclusivement critique, ne parviennent plus à le connaître comme Parole de Dieu. D´autres s´en tiennent à une lecture affective et projective qui appauvrit dangereusement le message biblique".

Une "lecture plénière" de la Parole de Dieu est donc indispensable: c´est la responsabilité de l´évêque. "Dans ces conditions, conclut Mme Pelletier, il devient plus nécessaire que jamais que le ministère épiscopal soit préoccupé d’ouvrir pour les baptisés les voies d´une lecture plénière de la Parole de Dieu, en favorisant la formation d´exégètes solides, en mettant en oeuvre dans les diocèses une pédagogie de la lectio divina, en étant eux-mêmes, à l´exemple des Pères de l´Eglise, ceux qui rompent le pain de la Parole de Dieu".