France: les évêques interpellent les citoyens sur l'Europe

Discours de clôture de l'assemblée de Lourdes

Lourdes, (Zenit.org) Mgr Georges Pontier | 893 clics

"Nous ne pouvons pas faire comme si nous n'étions pas auditeurs, témoins des souffrances multiformes de femmes ayant connu un avortement et qu'elles n'expriment parfois que longtemps après. Ce sont des pages douloureuses de vies humaines qui nous sont confiées. Entendre les cris de ceux et celles qui souffrent est une de nos premières missions", déclar Mgr Pontier.

Voici le texte intégral du discours de clôture de Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence des évêques de France, prononcé ce dimanche 10 novembre 2013 à Lourdes.

Mgr Pontier y aborde également largement les autres thèmes d'actualité, en particulier l'Europe: "Faire de l'Europe le bouc émissaire de la crise actuelle serait bien rapide et gravement irresponsable. Dans un contexte de mondialisation, les défis actuels peuvent-ils être relevés sans développer encore et toujours la solidarité entre les états membres ? Sans doute faut-il trouver de bons moyens qui permettent à l'Europe de partager au monde son souci des plus pauvres, de la dignité humaine et de la paix. Les progrès de l'Europe sont un combat à mener, encore et toujours, avant de penser aux bénéfices à recevoir."

Discours de Mgr Pontier

Notre session de travail qui s'achève fut une belle expérience de partage, de prière, de discernement spirituel et pastoral. Comme le dit la constitution Gaudium et Spes du Concile Vatican II, « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de ceux qui souffrent », joints à ceux qui marquent la vie des membres de nos communautés chrétiennes ont été vraiment les nôtres. Nous avons écouté des expériences et des témoignages qui ont enrichi et nourri notre réflexion. La présence des évêques invités nous a fait respirer au rythme de l'Europe et même de l'Afrique. Les membres de la Conférence des religieux et religieuses de France et du Service des Moniales nous rappelaient tous ceux et toutes celles qui exercent leur mission dans nos diocèses. La participation de directeurs des Services nationaux est pour nous l'occasion de leur redire notre reconnaissance, ainsi qu'aux membres de leurs équipes pour le travail que nous leur avons confié, qu'ils accomplissent avec compétence et dévouement. Au cœur de chaque journée, la célébration de l'Eucharistie nous unissait au Christ, notre Dieu et notre frère, Celui qui est pour nous, Chemin, Vérité et Vie. Nous étions là ouverts à sa présence, à l'écoute de sa Parole et unis à toute l'Eglise, en communion avec notre Pape François. C'est sur la Parole de Dieu que je voudrais m'appuyer pour introduire les divers sujets dont je pense bon de faire mémoire à la fin de cette semaine.
 

« L'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme et tous deux deviendront une seule chair. » (Mt 19, 5)

Notre travail sur la manière dont les communautés chrétiennes accompagnent aujourd'hui ceux qui veulent célébrer le sacrement de mariage nous a remis devant la nécessité de proposer un chemin de préparation ayant une certaine durée. Celui-ci devra leur permettre de poser des mots justes sur l'expérience de leur amour humain, de préciser leur projet de vie commune, de prendre confiance en leur capacité de durer dans ce projet de vie ouvert à l'accueil des enfants. Ensemble, ils auront à assumer la responsabilité de les éduquer et de les conduire dans un climat d'amour et de confiance jusqu'au choix de leur propre itinéraire. Quelle belle vocation que celle du mariage entre « l'homme et la femme devenant une seule chair » et transmettant la vie, comme dit l'Evangile ! Cette préparation les ouvrira aussi à la rencontre de Celui qui les a appelés à la vie, qui les aime, qui a mis en eux son amour, qui les accompagne. Leur propre engagement humain va devenir un signe de l'amour fidèle de Dieu, un sacrement, grâce à l'accueil de l'œuvre de l'Esprit-Saint. La communauté chrétienne joue pleinement son rôle à travers la présence de ceux, laïcs, diacres et prêtres qui cheminent avec eux. Le témoignage d'aînés dans le mariage chrétien leur sera précieux, comme la rencontre du ministre ordonné qui dialoguera plus spécialement avec eux et recevra leur consentement. C'est un grand moment d'annonce et, pour certains, de découverte de la Bonne Nouvelle de l'Evangile du Christ. C'est un moment heureux qui est vécu et partagé avec les parents, les amis, la communauté chrétienne. Nous désirons offrir aux fiancés un tel chemin d'approfondissement, de dialogue entre eux et avec d'autres, de rencontre de Dieu et de l'Eglise, à laquelle ils viennent demander la célébration de ce sacrement. La réussite de ce moment devra beaucoup à la qualité de l'accueil et au climat de confiance qu'on aura su créer. Que soient remerciés et encouragés tous ceux et celles qui, dans nos diocèses, exercent cette mission.
 

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et moi je vous procurerai le repos. » (Mt 11, 28)

Nous avons entrepris un travail sur le phénomène social de l'avortement et l'éducation affective des jeunes. Nous ne pouvons pas faire comme si nous n'étions pas auditeurs, témoins des souffrances multiformes de femmes ayant connu un avortement et qu'elles n'expriment parfois que longtemps après. Ce sont des pages douloureuses de vies humaines qui nous sont confiées. Entendre les cris de ceux et celles qui souffrent est une de nos premières missions.

Des médecins, des infirmières, des psychologues, de nombreux prêtres, des membres d'associations confirment ce même constat : avorter n'est pas banal, avorter ne laisse pas indemne, avorter n'élimine pas qu'un amas de cellules. La femme enceinte sait bien qu'elle porte une vie humaine en son commencement. Il s'agit bien de cela. Il n'est pas aisé pour bien des praticiens de faire de l'avortement un acte thérapeutique. On ne peut se satisfaire de le ramener à une manière de réparer les dysfonctionnements d'une contraception inefficace ou de le proposer comme la seule solution possible face à une nouveauté inattendue et perçue comme dérangeante. Il n'est pas porteur de liberté profonde pour la femme. Aucune d'entre elles ne devrait vivre ces moments dans la solitude, la précipitation ou les pressions de toutes sortes. Nous savons que des lieux d'écoute se multiplient. Nous encourageons tous ceux qui s'y emploient. Il reste encore bien du chemin à faire pour qu'une culture de la vie l'emporte.

Aussi voulons-nous nous employer à contribuer à une meilleure éducation affective des jeunes qui leur fasse percevoir la grandeur du corps humain et celle d'une vie affective responsable, située dans une relation pleine de respect pour la personne de l'autre, d'engagement à son égard, de tendresse, d'amour et d'ouverture au don de la vie. L'homme est un être de relations. Il ne peut jamais traiter son semblable comme un moyen de plaisir fugitif. La soif de bonheur qui habite le cœur humain est profonde et essentielle. La liberté a besoin d'être éduquée pour être humaine, le corps d'être conduit et maîtrisé, l'affectivité d'être ajustée. Nous invitons tous les responsables éducatifs en milieu scolaire, universitaire, au sein des mouvements de jeunes, tous ceux qui apportent le concours de leurs réflexions et de leurs recherches, à se mobiliser pour cette tâche essentielle et nécessaire.
 

« Que sert à l'homme de gagner l'univers s'il vient à perdre son âme. » (Mt 16, 26)

Du 22 au 25 mai prochain, les citoyens des 28 pays, membres de l'Union européenne, vont élire leurs représentants au Parlement européen. Qui aurait pu imaginer cela en 1950 et même voici seulement quelques décennies ? Deux guerres mondiales se sont déroulées sur le sol européen dans la première moitié du XX° siècle. Et voici que depuis plus de 60 ans, après encore des conflits locaux meurtriers et douloureux suite à la chute du mur de Berlin, notre continent a su panser ses plaies. A la haine ont succédé la connaissance et l'estime. Les oppositions, les peurs et les stigmatisations ont laissé place aux échanges, aux jumelages, aux invitations, aux accords, aux visites, aux pèlerinages, aux formations communes. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, se sont levés des hommes animés par un désir de paix et de réconciliation. Ils venaient des divers pays récemment en conflit : les Français Robert Schuman et Jean Monnet, l'Allemand Conrad Adenauer, le Luxembourgeois Joseph Bech, le Néerlandais Johan Willem Beyen, l'Italien Alcide de Gasperi, le Belge Paul Henri Spaak. Ils ont commencé par une coopération économique. S'en est suivie, au fil des étapes, la création des structures indispensables à la survie de cette merveilleuse idée. Jean Monnet pourra dire un jour : « Rien ne se fait sans les hommes, rien ne dure sans les institutions. » Ces institutions ne cessent de poursuivre leur évolution et leur adaptation aux dimensions prises par cette union européenne dont nous pouvons être fiers. Il reste bien sûr du chemin à faire pour une meilleure forme de gouvernance, pour que les nations comprennent qu'elles ne perdent pas leur identité en s'unissant aux autres, mais qu'elles s'enrichissent dans ce partage. Certains pensent que les difficultés de l'heure, liées à la crise économique mondiale, trouvent leur origine ou sont amplifiées par les institutions européennes. Faire de l'Europe le bouc émissaire de la crise actuelle serait bien rapide et gravement irresponsable. Dans un contexte de mondialisation, les défis actuels peuvent-ils être relevés sans développer encore et toujours la solidarité entre les états membres ? Sans doute faut-il trouver de bons moyens qui permettent à l'Europe de partager au monde son souci des plus pauvres, de la dignité humaine et de la paix. Les progrès de l'Europe sont un combat à mener, encore et toujours, avant de penser aux bénéfices à recevoir. Le moment est à nouveau venu de poursuivre ce beau projet porteur de paix et de solidarité entre des peuples qui acceptent d'unir leur destin sans perdre leur âme, sans se replier sur eux-mêmes et en gardant le souci du développement de tous les peuples. Au moment de cette élection, il s'agira pour les électeurs d'exercer une part de leur responsabilité en prenant connaissance des projets portés par les divers partis politiques et de donner leur confiance à ceux qui, à leurs yeux, feront avancer l'Europe vers l'avenir le meilleur pour le plus grand nombre.
 

« Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d'hommes. » (Mt 4, 19)

Les prêtres diocésains sont les premiers collaborateurs que Dieu nous a donnés par le sacrement de l'Ordre. Ils portent une lourde charge pastorale. Nous tenons à leur redire notre estime, notre soutien et notre reconnaissance.

Pendant cette assemblée, nous avons voulu réfléchir à la formation des futurs prêtres. Notre échange s'est déroulé dans un climat serein et vrai. Il a fait apparaître les questions précises et nouvelles qui se posent à nous à cause des évolutions de l'Eglise et de la société. Il devra se poursuivre au cours des prochaines assemblées. Nous souhaitons qu'il fasse grandir le climat de confiance nécessaire pour que les équipes formatrices des séminaires, les séminaristes et tous ceux qui sont impliqués dans la formation puissent poursuivre paisiblement leur parcours.

Nous voulons préparer des prêtres qui assumeront la charge pastorale dans les conditions que connaissent aujourd'hui nos diocèses. Notre Eglise a besoin de prêtres missionnaires qui vivent en modèles du troupeau qui leur est confié. Ils devront mener une vraie vie fraternelle, être des passionnés du Christ pour donner toute leur vie pour l'Evangile. Ils devront être attentifs à ceux qui souffrent et se trouvent aux marges. Enfin, ils seront des hommes de communion, capables de coopérer avec les diacres, les religieuses et les laïcs. C'est en aimant leur peuple, nous le savons bien, qu'ils trouveront leur bonheur profond.

Déjà, nous avons les yeux fixés sur le pèlerinage des séminaires qui aura lieu dans un an, ici, auprès de la grotte de Lourdes. Ce sera pour notre Eglise un signe important de fraternité et d'espérance et nous le confions dès à présent à la Vierge Marie.

Evidemment, nous n'oublions pas les points que nous avons travaillés et que je ne puis développer dans le cadre de ce discours de clôture. Je pense à la place de la diaconie dans la vie de nos Eglises diocésaines, comme à l'attention portée aux communautés chrétiennes vivant au Proche ou Moyen-Orient.

Nous allons rejoindre nos diocèses, convaincus que le service de l'homme aujourd'hui est toujours au cœur de notre ministère et de la vocation de l'Eglise.
Que ces mots de l'apôtre Paul aux Philippiens résonnent en nos cœurs et nous accompagnent : « Il s'agit de connaître le Christ, d'éprouver la puissance de sa résurrection et de communier à ses souffrances, en devenant semblables à Lui dans sa mort, avec l'espoir de parvenir à la résurrection d'entre les morts. » (Ph 3, 10-11)

Qu'Il soit notre joie, celle des fidèles de nos diocèses et qu'Il se révèle à tout homme selon les chemins que lui seul connaît.